Tout sur Olivier Chastel

Le gouvernement minoritaire démissionnaire se réunit demain vendredi à 9 heures en comité ministériel restreint alors que le Roi, qui tient toujours en suspens la démission du Premier ministre Charles Michel et de son équipe, poursuivra ses consultations politiques. Vendredi à la même heure, le chef de l'Etat recevra le président du PTB, Peter Mertens.

Le "nouveau" gouvernement fédéral peut encore sortir de l'impasse, si Charles Michel et le président de la N-VA Bart De Wever se rencontrent et s'entendent sur ce qui "est encore possible", selon l'analyse d'Alexander De Croo, vice-Premier ministre Open Vld, samedi sur les ondes de la VRT (Radio 1).

Sept représentants du groupe "Actions citoyennes contre les mesures gouvernementales", à l'origine des actions contre l'augmentation du prix des carburants, ont rencontré vendredi après-midi le président du MR Olivier Chastel et Georges Louis Bouchez. S'il salue "un début de dialogue", le groupe compte entamer "des actions fortes", en l'absence de "réponse pour une vraie justice fiscale", souligne-t-il dans un communiqué.

L'affrontement entre N-VA et MR sur le pacte migratoire de l'ONU illustre un changement profond de paradigme dans la politique belge et européenne: la fracture entre nationalistes et universalistes mine désormais tous les débats.

La décision prise par RTL-TVI d'écarter sa chroniqueuse Emmanuelle Praet après de nouveaux propos polémiques sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" ne fait pas l'unanimité, plusieurs élus de droite la dénonçant sur Twitter.

Electrabel doit compenser l'augmentation du coût de l'énergie due aux "négligences" dans la gestion des centrales nucléaires, ce qui fera baisser les prix de l'électricité, mais le gouvernement "ne fera pas marche arrière" sur le prix du diesel, car il a agi "à des fins écologiques", affirme lundi le président du MR Olivier Chastel, interrogé dans Le Soir sur le mouvement des gilets jaunes.

Le MR a entamé dimanche, en organisant à Louvain-la-Neuve des ateliers thématiques consacrés notamment à l'emploi, à l'environnement et à l'économie, la définition de son programme pour les élections générales du 26 mai prochain qui devrait être adopté au début de l'année 2019 par les militants du parti libéral francophone.

Il dirige le parti sans en avoir l'air, mais laisse attribuer sa défaite aux élections communales à Didier Reynders, ou à l'équipe de son président Olivier Chastel... ou à la RTBF. Le Premier ministre, qui s'est fait très discret, a plutôt été un handicap pour son parti. Sera-t-il un atout pour la campagne fédérale ?

La situation en matière d'approvisionnement électrique est "problématique", a reconnu mardi le président du MR, Olivier Chastel, avant de réaffirmer le soutien de son parti au gouvernement et à la ministre libérale Marie Christine Marghem "dans leurs démarches pour trouver des solutions garantissant la sécurité d'approvisionnement et le maintien d'une facture à prix abordable".

Le siège namurois du MR, situé à Bouge, a été tagué dans la nuit de mardi à mercredi par un ou plusieurs inconnus qui y ont écrit les slogans "MR collabo", "Mawda" ou encore "N-VA facho". La police est descendue sur les lieux mercredi matin. "Les dégâts sont importants et une plainte a été déposée", a réagi le président du parti, Olivier Chastel.

Génération Europe. Telle serait l'appellation d'une grande alliance qui pourrait unir les libéraux belges et le mouvement La République en marche d'Emmanuel Macron en vue des élections européennes du 26 mai prochain.