Tout sur OIF

Le ministre-président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet a plaidé dimanche, à l'occasion de la fête de la Communauté française, pour une langue française émancipatrice et plus présente dans une Europe post-Brexit multilingue, sans taire le centralisme passé de cette langue qui a "ignoré administrativement le flamand et éradiqué le wallon".

Désignée en octobre 2018 au poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Rwandaise Louise Mushikiwabo compte bien donner un coup de renouveau à cette organisation qui fêtera l'an prochain ses 50 ans. Entretien.

"Louise Mushikiwabo devra se mettre au service des Etats membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF)", souligne Jocelyn Coulon, chercheur à l'Université de Montréal, jusqu'à l'an dernier conseiller politique du ministre canadien des Affaires étrangères. La Rwandaise a évincé de son poste la Canadienne Michaëlle Jean, qui briguait un second mandat mais n'était même plus soutenue par son propre pays.

Le Sommet de la Francophonie qui s'est tenu jeudi et vendredi à Erevan, en Arménie, a été l'occasion pour le Premier ministre belge de multiplier les rencontres bilatérales, avec les nombreux chefs d'Etat présents pour l'occasion. "C'est important pour rendre l'espace francophone réel", a souligné Charles Michel, peu après la désignation de la Rwandaise Louise Mushikiwabo au poste de secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Ukraine, Bulgarie et bientôt peut-être Arabie saoudite: en s'ouvrant à des pays dont le rapport avec le français n'est pas évident, et en s'aventurant sur des missions où elle semble moins légitime, la "Francophonie" risque-t-elle de devenir inaudible?

Candidate pour prendre la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie face à la sortante québécoise Michaëlle Jean, la Rwandaise Louise Mushikiwabo estime dans un entretien que l'OIF "pourrait faire beaucoup plus" pour peser sur la scène internationale.

L'hégémonie de l'anglais, sans précédent dans l'histoire, aurait-elle atteint ses limites ? Le Brexit, la perte d'influence des Etats-Unis et la mondialisation ont ouvert des brèches.