Tout sur Office des Étrangers

Environ 200 personnes étaient à nouveau présentes ce lundi matin devant l'espace aménagé en "Zone neutre" rue Melsens à Bruxelles, à proximité de l'église du Béguinage, l'un des trois sites où a pris place la grève de la faim de centaines de personnes sans-papiers. Elles sont encadrées par la police. Cet endroit est un lieu de dialogue réservé aux seuls grévistes de la faim, a martelé lundi la porte-parole de l'Office des Étrangers Dominique Ernould.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées vendredi, à compter de 06h00, devant l'espace aménagé en "zone neutre" rue Melsens à Bruxelles, à proximité de l'église du Béguinage, l'un des trois sites où a pris place la grève de la faim des sans-papiers, a indiqué la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de Keere. Vu l'affluence, l'espace a été fermé aux non grévistes et le restera à l'avenir.

Les services de polices belge et français ont organisé dans la nuit de mercredi à jeudi une action de contrôle conjointe dans le cadre de la lutte contre le trafic d'êtres humains, a indiqué la police fédérale dans un communiqué. L'opération visait principalement les small boats, des bateaux gonflables utilisés par les trafiquants pour transporter des migrants jusqu'au Royaume-Uni. Au total, la police belge a contrôlé près de 500 véhicules pendant l'action et huit migrants en transit ont été trouvés et interrogés par la police. Finalement, cinq d'entre eux ont été transférés dans un centre fermé.

Ce 10 mars, Madame A. aura 90 ans. Madame A. est née en Turquie. Son fils a dû fuir la Turquie en raison de persécutions politiques ; il a été reconnu réfugié en Belgique il y a de nombreuses années.

Selon une nouvelle circulaire, l'Office des étrangers et Fedasil s'apprêtent à instaurer des assignations à résidence qui viseront des demandeurs d'asile dont les empreintes ont été enregistrées dans un premier pays d'entrée et qui présenteraient un "risque de fuite".

Toutes les instances chargées de l'asile - l'Office des étrangers (OE), le Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA) et le Conseil du contentieux des étrangers (CCE) - viennent de recruter 211 équivalents temps plein à se répartir, afin d'accélérer le traitement des demandes d'asile.

Les migrants sont les laissés pour compte de la situation actuelle liée au coronavirus, dénonce jeudi le Mouvement ouvrier chrétien (MOC), qui lance un appel urgent aux différents gouvernements du pays. Celui-ci est soutenu par une dizaine d'organisations. Les signataires réclament notamment un permis de séjour pour toutes les personnes présentes sur le sol belge et la fermeture des centres fermés.

Pour l'ensemble des demandes d'asile décidées par le Commissariat général aux réfugiés et apatrides (CGRA), au cours des trois premiers trimestres de 2019, le délai moyen de traitement était de 392 jours calendrier.

La ministre de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block (Open Vld) compte rendre l'embauche de travailleurs étrangers plus rapide et plus facile, en renforçant notamment les effectifs de l'Office des étrangers et en adaptant la procédure, rapporte L'Echo jeudi.

La ministre de l'Asile et de la Migration Maggie De Block a annoncé samedi deux nouvelles mesures privant d'accueil en Belgique des demandeurs d'asile ayant contourné certaines règles européennes en la matière. L'objectif, selon la ministre, est de garantir une place d'accueil aux "vrais primo-arrivants" pendant les mois d'hiver.

Le Comité P, en charge du contrôle des forces de police, a reçu en 2018 un nombre record de plaintes à l'encontre de policiers, ressort-il du bilan annuel publié mardi par les services de police. Il y a eu au total 2.965 plaintes, soit une hausse d'environ 8,5% par rapport à 2017. Le précédent record datait de 2013 (2.885 plaintes).

L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi.

La loi belge du 15 décembre 1980 qui régit l'accès au territoire, la résidence, l'établissement et l'éloignement des étrangers doit faire l'objet d'une "refonte en profondeur", a déclaré André Henkes, le procureur général auprès de la cour de cassation, lors de son discours de rentrée judiciaire.

Au total, 23.443 personnes ont introduit une demande de protection internationale auprès de l'Office des étrangers en 2018, soit une hausse de 19% par rapport à l'année précédente, ressort-il du rapport annuel du Commissariat général au réfugiés et apatrides (CGRA).