Tout sur Ocam

Jürgen C, le militaire qui a proféré des menaces à l'encontre du virologue Marc Van Ranst, travaille à la Défense alors qu'il était dans la ligne de mire des services belges de renseignement. "Les quelques extrémistes encore présents dans les rangs des militaires n'ont visiblement pas encore compris qu'ils n'ont pas leur place à la Défense", a réagi la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS).

Quatre jours après sa fuite, Jürgen Conings, le militaire en cavale fiché par l'OCAM qui a menacé de s'en prendre aux structures de l'État et à plusieurs personnalités, dont le virologue Marc Van Ranst, demeure introuvable. Le point sur la situation.

Ce jeudi, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) et la ministre de la Défense Ludivine Dendonder (PS) ont répondu aux questions à la Chambre relatives au militaire en fuite. Tous les partis, à l'exception du Vlaams Belang, se demandent comment un individu fiché par l'OCAM et déjà sanctionné par l'armée ait pu avoir accès des armes. "C'est inacceptable", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo.

Les services de renseignement belges manquent de données quantitatives sur la menace posée par l'extrême droite en Belgique, selon une nouvelle enquête que le magazine Knack et le journal Le Soir ont pu consulter et qui a été discutée lundi après-midi en commission parlementaire de suivi des organes de contrôle des services de police et du renseignement (Comités P et R, ndlr.)

Le niveau de la menace en Belgique est maintenu à deux, sur une échelle de quatre, a indiqué l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) mardi, au lendemain d'attaques meurtrières dans le centre-ville de Vienne. Ce niveau "moyen" signifie qu'une menace est peu vraisemblable.

Le conseil des ministres a approuvé vendredi le maintien jusqu'au 2 avril de militaires en rue dans le cadre de l'opération de surveillance anti-terroriste Vigilant Guardian, a annoncé le ministre de la Défense, Phillippe Goffin. Leur nombre demeure fixé à 550 compte tenu d'une capacité de réserve susceptible d'être immédiatement déployée.

Benjamin Herman, qui a tué trois personnes le 29 mai 2018 à Liège alors qu'il se trouvait en congé pénitentiaire, était suivi par les services judiciaires et de renseignement en raison de signes de radicalisation. Mais aucun de ces signes n'a éveillé la suspicion auprès de l'Ocam ou de la Sûreté de l'Etat, rapporte mercredi L'Avenir sur la base du rapport 2018 du Comité R.

Le conseil des ministres a décidé vendredi de maintenir jusque début décembre à 550 le nombre maximal de militaires déployés dans les grandes villes belges dans le cadre de l'opération "Vigilant Guardian" (OVG) en renfort de la police fédérale, a annoncé le gouvernement, en dépit du souhait de la hiérarchie militaire de voir cet effort se réduire.

Deux hommes djihadistes belges qui étaient emprisonnés dans le nord-est de la Syrie ont pu s'échapper, selon les informations communiquées par le directeur de l'Organe de Coordination et d'Analyse de la Menace (OCAM), Paul Van Tigchelt, devant la commission des Relations extérieures de la Chambre. L'un d'entre eux a été condamné par défaut pour terrorisme en Belgique.

Un groupe restreint de pays européens, dont fait partie la Belgique, mène des discussions avec les autorités irakiennes pour permettre le jugement de leurs ressortissants djihadistes en Irak, a indiqué mercredi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, en commission de la Chambre.

Le conseil des ministres a décidé vendredi de maintenir jusque début octobre à 550 le nombre maximal de militaires déployés dans les grandes villes belges dans le cadre de l'opération "Vigilant Guardian" (OVG) en renfort de la police fédérale, a annoncé le gouvernement en dépit du souhait de la hiérarchie militaire de voir cet effort se réduire.