Tout sur Najim Laachraoui

"L'attitude des prévenus [Salah Abdeslam et Sofien Ayari] a précipité le passage à l'acte des frères El Bakraoui et de Najim Laachraoui le 22 mars 2016", a rappelé Me Guillaume Lys, pour démontrer que l'association de victimes des attentats de Bruxelles, qu'il représente, a un intérêt à être partie civile contre Salah Abdeslam et Sofien Ayari.

Un Belge de retour de Syrie a été engagé pour devenir conducteur de train technique pour Infrabel quelques semaines après avoir écopé de trois ans de prison avec sursis dans un dossier de terrorisme. Il a été licencié neuf mois plus tard, rapportent jeudi VTM Nieuws et RTL-TVI.

Le mardi 22 mars 2016, peu avant 08h00, deux djihadistes kamikazes se font exploser dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles. L'attaque marque le début d'une longue et effroyable journée. Une heure plus tard, c'est dans le métro bruxellois, à hauteur de la station Maelbeek, qu'un troisième terroriste déclenche la bombe qu'il transporte dans son sac à dos. Au total, 32 personnes sont tuées et plusieurs centaines d'autres blessées dans ces deux attentats successifs.

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné, jeudi en fin de matinée, treize personnes à des peines allant de 3 à 8 ans de prison et une personne à une peine de travail pour avoir conçu des faux papiers d'identité. Ces documents avaient, entre autres, servi à des terroristes, notamment Salah Abdeslam et Najim Laachraoui.

Dans les mois qui précèdent les attentats de Paris, Salah Abdeslam parcourt l'Europe, pour aller chercher dix membres de la cellule djihadiste partis de Syrie. Le dernier suspect encore vivant des commandos du 13 novembre apparaît comme une pièce maîtresse de l'organisation des attaques, mais il refuse toujours d'en dévoiler les secrets.

Le jugement rendu mardi par le tribunal correctionnel de Bruxelles à l'encontre de trente personnes prévenues de terrorisme révèle, selon une information de La Dernière Heure samedi, que Najim Laachraoui s'était radicalisé à l'âge de dix-sept ou dix-huit ans, donc en 2008.

Des traces ADN de Najim Laachraoui, l'un des deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles, ont été retrouvées sur plusieurs objets explosifs ayant servi dans les attentats du 13 novembre à Paris et sur "un morceau de tissu utilisé au Bataclan" à Paris, a annoncé vendredi le parquet fédéral belge.

Trois jours après l'arrestation du suspect-clé Salah Abdeslam, l'enquête sur les attentats de Paris a franchi un nouveau pas lundi avec l'identification d'un complice présumé, Najim Laachraoui, dont l'ADN a été retrouvé sur du matériel explosif utilisé le 13 novembre. La police diffuse lundi, un avis de recherche le visant Najim Laachraoui.