Tout sur N-VA

Bart De Wever (N-VA) rêve de réunir la Flandre et des Pays-Bas dans un nouvel État confédéral. C'est ce qu'il dit dans Trends Talk sur Kanaal Z. "C'est un point de vue personnel et je sais que la population n'est pas encore prête pour cela. Mais ce qui est impensable aujourd'hui peut être une réalité demain", dit-il.

Le président de la N-VA Bart De Wever souhaite négocier une réforme de l'État avec les socialistes francophones après les élections de 2024, afin de parvenir à un "accord de séparation ordonnée". Il l'a répété samedi matin dans l'émission 'De Ochtend' sur Radio 1 (VRT). Le parti nationaliste ne veut certainement pas coopérer avec le Vlaams Belang, même si les sondages montrent que les deux partis auront une majorité confortable lors de ce scrutin, a-t-il encore insisté.

L'opposition à la Chambre a obtenu jeudi une nouvelle fois l'envoi au Conseil d'Etat d'amendements au projet de loi pandémie de la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden. Le vote en séance plénière de ce texte qui doit donner une base légale plus forte aux mesures de restriction des libertés prises dans le cadre d'une crise sanitaire est donc à nouveau reporté.

Alors que les partis nationalistes flamands n'ont jamais rassemblé autant de suffrages, et que le gouvernement fédéral est censé préparer une énième réforme de l'Etat, l'indépendance de la Flandre aussi bien que les réformes de l'Etat ne semblent pas tenter grand monde. Y compris en Flandre...

Les relevés téléphoniques d'Alain Mathot et de son corrupteur présumé Philippe Leroy révèlent que les deux hommes ont eu 71 contacts entre 2006 et 2008. Sur cette période, Leroy affirme avoir remis à Mathot une douzaine d'enveloppes de cash, pour un total de 700.000 euros, dans des hôtels à Paris. Le député-bourgmestre a payé avec sa carte Visa huit séjours express dans de tels hôtels, et a eu des contacts avec Leroy durant quatre de ces séjours.

La décision du gouvernement bruxellois de ne pas faire appel de la condamnation de la STIB pour discrimination témongne de l'incompréhensible légèreté avec laquelle le gouvernement bruxellois traite la neutralité de l'autorité publique, a affirmé jeudi la cheffe du groupe N-VA au parlement bruxellois, Cieltje Van Achter.

L'éditorial de Bart Sturtewagen (De Standaard), le 12 juin, suite à la question de la pollution à l'acide perfluorooctanesulfonique (PFOS) à Zwijndrecht et l'attitude de la ministre flamande Zuhal Demir (N-VA).