Tout sur N-VA

Le PS n'a pas l'intention de "perturber" la démarche du trio de présidents MR-VLD-CD&V, "mais nous ne pouvons pas nous empêcher de penser qu'ils souhaitent en revenir à la coalition suédoise. Qui a été sanctionnée par les citoyens en mai 2019", déclare lundi Elio Di Rupo dans Le Soir. "Pour le PS, je veux être clair, il est totalement exclu de s'associer à un tel gouvernement des droites réunies."

La Chambre n'a pas pu adopter jeudi en séance plénière une proposition de loi du PS, cosignée par Ecolo-Groen, visant à améliorer la situation des travailleurs du secteur culturel, fortement touchés par les mesures visant à ralentir la propagation du coronavirus. Quatre partis (N-VA, CD&V, Open Vld et Vlaams Belang) ont obtenu que le texte soit examiné par le Conseil d'Etat. Aucune urgence ne sera demandée, renvoyant potentiellement le vote à après les vacances parlementaires.

C'était une semaine folle, qui a fini par une proposition folle: Paul Magnette espère installer un gouvernement fédéral minoritaire, associant socialistes, démocrates-chrétiens et libéraux, au moins jusqu'à septembre, et sans doute au-delà. "Trop tôt", a dit Sophie Wilmès... Récit de sept jours de troc.

Le rapport des deux présidents des partis socialistes francophone et néerlandophone ne répond pas à la question de savoir s'il faut s'orienter vers une coalition associant les trois familles traditionnelles (libérale, socialiste et sociale-chrétienne) à la N-VA ou aux Verts. Ils n'ont donc pas de solution, a affirmé mardi matin le chef du groupe Ecolo-Groen à la Chambre Georges Gilkinet, interrogé par La Première (RTBF).

Le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, ne dit pas clairement "non" à une alliance du PS avec la N-VA au niveau fédéral, mais a fortement critiqué dimanche en télévision l'attitude des nationalistes flamands dans le cadre du "superkern" et mis en doute la possibilité de travailler de manière responsable et constructive avec eux.

Si l'idée d'une alliance N-VA, PS, SP.A, CD&V et MR circule, le président de ce dernier parti, Georges-Louis Bouchez a affirmé dans les colonnes de La Libre Belgique et Het Nieuwsblad de samedi que "le MR et l'Open VLD ne gouverneront jamais l'un sans l'autre".