Tout sur Mutualités Libres

Un diagnostic principal sur quatre au début de l'incapacité de travail concerne un trouble psychosocial, ressort-il jeudi d'une enquête menée auprès de 60.000 affiliés des Mutualités Libres. Les chiffres révèlent également que ce sont principalement les femmes employées et les jeunes travailleurs qui se retrouvent en incapacité de travail pour cause de burn-out, de dépression ou de troubles anxieux.

Les malades chroniques (souffrant d'affections comme l'hypertension, une maladie cardio-vasculaire ou le diabète) représentent 25% de la population en Belgique et 70% des dépenses totales de santé. C'est ce qui ressort des données des affiliés des Mutualités Libres, font savoir ces dernières jeudi. Selon elles, il faut renforcer le budget dédié à la prévention et développer les outils eHealth.

Les jeunes enfants sont de plus en plus nombreux à consulter un ophtalmologue et à devoir porter des lunettes, constatent les Mutualités libres dans une étude. Pour freiner le développement de la myopie, elles recommandent la règle des 20-20-2, à savoir 20 minutes d'écran, 20 secondes à regarder au loin et deux heures de jeu à l'extérieur par jour.

En 2018, un Belge sur vingt ne s'est pas rendu chez le médecin généraliste, le dentiste ou à l'hôpital, ont annoncé les Mutualités Libres par communiqué mardi. Sont particulièrement concernés les indépendants, les Bruxellois, les hommes et les célibataires, ont-elles précisé dans leur étude. Elles prônent dès lors une sensibilisation spécifique pour ces profils afin que ces personnes puissent bénéficier de soins préventifs suffisants.

Chaque année, 23% des enfants de moins de 1 an sont hospitalisés au moins une fois, écrivent mardi Le Soir et De Standaard sur base d'une étude des Mutualités libres. Les enfants précarisés sont particulièrement concernés.

Les adolescents belges prennent trop de médicaments, estiment mardi les Mutualités Libres sur base d'une étude. Ils y recourent de manière trop "banale", et leur consommation d'antibiotiques et d'anti-inflammatoires, notamment, est trop importante. Les effets secondaires dommageables de certains médicaments sont en outre ignorés, souligne-t-on.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Maggie De Block, et les mutualités ont officiellement signé un "pacte d'avenir" portant notamment sur l'évolution des organismes assureurs. Ces derniers deviendront au fil des années de véritables "mutualités de santé", aidant leurs membres à adopter un mode de vie sain et à rester en bonne santé. Mais qu'est-ce que cela va changer, concrètement, pour le patient ?

Les Mutualités Libres se sont penchées sur les dépenses de santé de plus de 470.000 enfants de 0 à 18 ans dans le cadre du deuxième volet de son baromètre de la santé 'KidOscope', rendu public mardi. Elles pointent "quelques résultats préoccupants concernant les nourrissons". Ainsi, un bébé sur sept ne consulte ni pédiatre ni généralistes, selon les mutualités.