Tout sur MR

Pourquoi la suédoise n'a pas fini l'année

Après la démission des ministres N-VA, pour protester contre l'approbation par la Belgique du pacte des migrations de l'ONU, Charles Michel voulait finir la législature à la tête d'une orange bleue minoritaire. Alors que les priorités se multiplient.

L'incroyable résilience de Stéphane Moreau

Stéphane Moreau, l'homme fort de Nethys est toujours en place. Liège lui a commandé de ne pas vendre, alors que la Région presse Publifin de se défaire de ses activités concurrentielles.

Rétro 2018: Dans le secret des fonds libyens

Où sont les milliards de Kadhafi gelés en Belgique et que la justice veut saisir? Qui a décidé de libérer les intérêts produits par ces fonds bloqués? Après le Kazakhgate, le Libyagate! Ces deux affaires ont un point commun: l'opacité.

Comment Charles Michel a perdu le nord (et le reste)

Pour Carl Devos, politicologue flamand très écouté au nord du pays, le revirement à gauche de Charles Michel qui a tenté une sorte de gouvernement de bonne volonté de centre gauche, c'est du jamais-vu. " C'est un aveu d'échec collectif du gouvernement à l'opposition. C'est comme s'il avait dit à l'opposition : 'Vous avez raison, nous avons échoué'. " Le professeur gantois en est resté bouche bée. Nous aussi.

Marghem: "si on perd quelques mois, sortir du nucléaire en 2025 sera problématique"

La ministre fédérale de l'Energie Marie Christine Marghem (MR) a l'intention de faire passer plusieurs dossiers lors du prochain conseil des ministres envisagé vendredi, a-t-elle indiqué mercredi lors d'une conférence de presse. "Tant que le Roi n'a pas accepté la démission, nous ne sommes pas encore en affaires courantes. Dans ce contexte, nous continuons à travailler." Les dossiers considérés comme urgents par la ministre concernent la CRM (Capacity Remuneration Mechanism) et la provision nucléaire. Elle appelle notamment le PS et Ecolo à soutenir ces textes au parlement. "Si on perd quelques mois, sortir du nucléaire en 2025 sera problématique."

Qui, il faut supprimer la RTBF!

Grâce à l'initiative populaire " No Billag ", les Suisses auront eu droit à un beau débat sur le service public audiovisuel. Et chez nous ? Gageons qu'il serait tout aussi enflammé. Alors lançons-le !

Elections : pourquoi je n'ai envie de donner ma voix à personne

Pour tenter de comprendre pourquoi je n'ai envie de donner ma voix à personne, pourquoi je brûle comme ça et pourquoi je rêve, incorrigiblement, de ministres des lychnis et des rhododendrons, j'ai tracé quelques mots dans l'air. Vite. Sans me retourner. En rêvant que l'on s'en saisisse, ensemble.

Un nombrilisme politique coupable

Les responsabilités de plusieurs partis sont écrasantes dans cette crise et témoignent d'un pouvoir coupé des réalités. Le mal est profond. Comment en sortir ?

Le problème, c'est le MR, pas la N-VA

En gouvernant avec la N-VA, les libéraux francophones ont banalisé une droite dure - sévère avec les faibles, cool avec les riches. Ils ont introduit le loup dans la bergerie. Pendant quatre ans ils ont été du mauvais côté de l'Histoire. La lune de miel avec Bart De Wever se termine dans le chaos. Et c'est la faute du MR.