Tout sur MR

Le président du MR Georges-Louis Bouchez s'est inscrit en faux lundi contre les prises de parole ce week-end du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et du ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) pointant la responsabilité des non-vaccinés, et répété ses réticences à l'extension du pass sanitaire en Wallonie, à laquelle semble pourtant se résoudre le vice-président MR du gouvernement wallon Willy Borsus.

Le gouvernement wallon (PS-MR-Ecolo) travaille sur une facilitation de la mise à l'emploi de personnes en cours de régularisation ou en demande d'asile en Belgique, afin de faire face à l'urgence de la reconstruction dans des régions de Wallonie frappées par les inondations meurtrières de la mi-juillet, a indiqué vendredi le président du MR Georges-Louis Bouchez.

Entre polémiques et catastrophes naturelles, entre divergences idéologiques et rivalités électorales, entre haines personnelles et conflits ponctuels, les différents gouvernements du pays, la Vivaldi en tête, ne brillent pas par leur unité. De là à tomber bientôt?

"Il est certain, pour moi, que nous resterons dans le gouvernement Vivaldi jusqu'en 2024. Il n'y a pas d'alternative et nos concitoyens attendent de nous que nous réussissions. Mais ce n'est pas une raison pour que j'accepte simplement les réformes de la gauche", a déclaré mercredi le président du MR, Georges-Louis Bouchez, au cours de l'émission Terzake (Canvas-VRT) .

L'extension du pass corona à Bruxelles se précise. La capitale se dirige tout doucement vers l'adoption de la "méthode française", qui requiert le laissez-passer sanitaire pour l'accès aux bars ou restaurants, entre autres. L'idée, qui germe depuis plusieurs semaines, doit donner un coup de boost au taux de vaccination bruxellois, mauvais élève belge depuis le début, malgré les nombreuses compagnes de proximité. Reste à voir quels secteurs seront concernés.

Les membres de la majorité fédérale se positionnent alors que l'on aborde les sujets socio-économiques qui fâchent: pensions, travail, fiscalité, budget, énergie... Le projet de la Vivaldi vit des heures cruciales. Avec sept partis le couteau entre les dents.

Ecolo retrouvait ce week-end le domaine verdoyant de Massembre, aux confins de la province de Namur et de la France, pour une rentrée politique axée sur le dérèglement climatique. Le sujet est devenu à ses yeux "une question de sécurité nationale", après un été marqué par des inondations meurtrières et d'autres épisodes catastrophiques à travers la planète.