Tout sur Moyen-Orient

A compétences et formations égales, les travailleurs d'origine étrangère n'ont pas les mêmes chances que les Belges de décrocher un emploi. On le savait. Un nouveau monitoring épingle la sournoise dynamique, structurelle, qui les en empêche.

A compétences et formations égales, les travailleurs d'origine étrangère n'ont pas les mêmes chances que les Belges de décrocher un emploi. On le savait. Un nouveau monitoring épingle la sournoise dynamique, structurelle, qui les en empêche.

Les personnes âgées ou déjà atteintes d'une autre maladie comme le diabète, l'asthme ou l'hypertension sont les plus vulnérables face à l'épidémie de nouveau coronavirus, qui fait par ailleurs davantage de victimes chez les hommes que les femmes.

Le roi Philippe, la reine Mathilde et le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin se sont rendus mardi matin au siège de la représentation diplomatique belge aux Nations Unies pour un briefing en vue du discours que le souverain prononcera mercredi à l'ONU, a constaté l'agence Belga.

Le gouvernement a la volonté ferme de rapatrier les 42 enfants belges qui se trouvent actuellement dans des camps en Syrie, mais l'opération est "délicate", a souligné mardi à New York le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin. "La cohérence est totale", a-t-il insisté, alors que la Belgique a défini la protection des enfants dans les conflits comme l'une des priorités de sa présidence du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense, Philippe Goffin, devait boucler mercredi par le Liban une tournée au Moyen-Orient qui l'a conduit depuis dimanche successivement en Jordanie, en Irak - y compris à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan irakien - pour "comprendre les enjeux sécuritaires et de paix dans la région", a-t-on appris dans son entourage.

Le commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, a endossé samedi la "responsabilité totale" de la catastrophe de l'avion de ligne ukrainien abattu mercredi après son décollage de Téhéran, par un missile iranien tiré "par erreur".

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a estimé vendredi qu'il n'y avait "aucune raison de ne pas croire" les informations de plusieurs pays occidentaux selon lesquelles le crash d'un Boeing ukrainien pouvait être dû à un tir accidentel de missile antiaérien iranien.