Tout sur Mossoul

A chaque fois qu'elle cherche de la documentation pour son master, Roua Ihssan se désole un peu plus. A Mossoul, les jihadistes, chassés au prix d'une guerre dévastatrice, ont détruit bibliothèques, librairies et autres repaires de lecteurs dans cette grande ville d'Irak.

A 24 ans, diplôme universitaire en poche, Khouloud tourne en rond dans la maison de ses parents. Comme des milliers d'autres, cette jeune Irakienne de Mossoul, dévastée par trois ans d'occupation jihadiste et de combats, attend toujours son "prince charmant".

Des milliers de documents abandonnés par le groupe terroriste Etat islamique (EI) dans les zones sinistrées d'Irak et de Syrie ont été analysés par le New York Times qui révèle, après un an d'investigation, comment les djihadistes ont pu instaurer leur califat trois ans durant.

En face de la mosquée où le "calife" autoproclamé du groupe Etat islamique (EI) avait fait sa seule apparition publique connue en 2014, des cadavres continuent de se décomposer: six mois après sa "libération", Mossoul offre toujours un spectacle de désolation.

Des millions de chrétiens dans le monde s'apprêtent dimanche à fêter Noël, comme à Bethléem, lieu de naissance du Christ selon la tradition chrétienne, où les célébrations sont néanmoins assombries par la tension autour de la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Après Mossoul l'Irakienne en juillet dernier, Raqqa la Syrienne en octobre : l'Etat islamique a perdu en quelques mois les deux bastions qui soutenaient son projet de nouveau califat.