Tout sur Mons

Une statue de Léopold II installée dans la faculté Warocqué d'économie et de gestion (UMons) a été retirée mardi par les instances universitaires. Elle a été rangée dans les réserves de l'université, a indiqué mercredi l'UMons.

Elles étaient attendues, leur résultat aura été inattendu, et les communales auront ouvert une autre attente, celle des élections générales du 26 mai 2019.

Le mouvement de grève initié vendredi par les syndicats perturbe sérieusement le réseau des transports en commun en Wallonie, surtout à Liège et Charleroi, selon les informations publiées sur le site du Tec.

Selon le site Inforoutes.be de la Police fédérale, des manifestants en gilets jaunes sont revenus bloquer l'autoroute A7 à hauteur de Feluy dans la soirée de lundi.

Les palais de justice de Bruxelles et de Wallonie seront ouvert au public ce samedi, à l'initiative de l'Ordre des barreaux francophones et germanophone de Belgique. Des visites guidées et des procès fictifs seront proposés aux visiteurs afin de les aider à mieux comprendre le fonctionnement de la justice. Ils pourront aussi obtenir des conseils juridiques.

Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot et la CEO de la SNCB Sophie Dutordoir ont symboliquement inauguré vendredi une nouvelle liaison ferroviaire entre Paris et plusieurs grandes villes wallonnes.

En Wallonie, la constitution des 8 réseaux hospitaliers loco-régionaux est bloquée par un vide juridique concernant la collaboration entre institutions privées et publiques. La ministre Valérie De Bue a fait adopter le 8 novembre par le gouvernement wallon un avant-projet de décret visant à sécuriser sur le plan juridique toute forme de rapprochements.

Les commémorations officielles du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale mobiliseront de vendredi à dimanche la famille royale et plusieurs responsables politiques, dont le Premier ministre Charles Michel, qui se rendra notamment à Paris pour participer le 11 novembre à une cérémonie internationale à l'Arc de Triomphe, à l'invitation du président français Emmanuel Macron.

Le collectif Solidarity is not a crime a mené, lundi matin dès 07H30, des actions de protestation contre la criminalisation des migrants et des personnes qui leur apportent une aide devant 25 commissariats à Bruxelles, Ottignies, Wavre, Louvain-la-Neuve, Liège, Mons et Namur. Les identités des participants ont été relevées en différents endroits, mais il n'y a pas eu d'arrestation.

Après des années difficiles, la situation semble enfin (un peu) s'améliorer pour le commerce en centre-ville à Mons. Quelques projets comme l'arrivée de Primark donnent un nouvel élan au marché, tant au niveau des ventes et locations que des investissements.

Di Rupo ne sera plus bourgmestre de la cité du Doudou. Il l'a annoncé lui-même depuis le siège du PS. Nicolas Martin lui succédera, comme prévu, avec un score personnel plus inattendu puisqu'il bat largement le "père" en voix de préférence.

Les bureaux de vote, qui avaient ouvert ce dimanche à 8h00 pour accueillir les plus de 8 millions d'électeurs appelés à renouveler les 581 conseils communaux ainsi que les 10 conseils provinciaux du pays, ont tous fermé leurs portes dimanche peu après 16h00.

Elio Di Rupo sera bourgmestre de Mons si les socialistes s'imposent et s'il totalise plus de voix que la tête de la liste PS, Nicolas Martin, a-t-il expliqué vendredi sur les ondes de la radio hennuyère Sud Radio, précisant qu'il se conformait de la sorte au code wallon de la démocratie locale.

Mons, un 14 octobre. Elio Di Rupo, bourgmestre depuis l'an 2000, y livre-t-il sa dernière bataille communale ? Nicolas Martin tire la liste socialiste, Elio Di Rupo la pousse. Le premier veut en finir avec le second mais ne peut pas le dire, le second sait que le premier veut en finir avec lui, mais ne peut rien y faire, et le PS craint de perdre sa majorité absolue, élargie à un CDH sur la défensive. Dans l'opposition, le libéral Georges-Louis Bouchez mène une campagne offensive, à la tête de sa liste Mons en mieux. A ce jeu tendu, Ecolo pourrait s'ériger en arbitre. Et le PTB en trouble-fête... s'il le voulait.