Tout sur Mons

L'avocate de la veuve de Jozef Chovanec, Me Ann Van de Steen, a réagi avec indignation à la communication du parquet général de Mons selon laquelle les gestes des policiers ne seraient pas la cause du décès du Slovaque. "C'est hallucinant, la folie du jour. Mais nous n'avons pas encore terminé et nous voulons que l'enquête soit menée ailleurs", assure-t-elle.

Le procès des trois hommes impliqués dans la mort de la petite Mawda aura lieu les 23 et 24 novembre 2020 devant la sixième chambre correctionnelle du tribunal du Hainaut, division de Mons. La fillette avait été tuée d'un coup de feu lors d'une course-poursuite entre la police et un véhicule transportant des migrants le 17 mai 2018 sur l'autoroute E42.

Nos révélations sur les réquisitions du parquet de Mons réclamant le renvoi de Franco Dragone en correctionnelle pour fraude fiscale, blanchiment et corruption (Le Vif/L'Express du 18 juin) ont provoqué de sérieux remous au Québec.

Le collège des procureurs généraux a écrit à la ministre wallonne en charge de la Sécurité routière pour demander un report de la mise en service des sites déjà équipés de radars tronçons par la police fédérale sur les autoroutes de Wallonie, rapportent les titres Sudpresse jeudi. Ils redoutent que les parquets locaux n'aient pas la capacité d'absorption des poursuites à traiter.

Le policier inculpé de l'homicide involontaire de la petite Mawda, mortellement touchée par un coup de feu tiré lors d'une course-poursuite avec la police, a comparu vendredi devant la chambre du conseil de Mons. Le chauffeur de la camionnette des fuyards et son convoyeur ont également comparu dans le cadre du règlement de procédure. L'audience a été reportée au 8 juillet.

L'un est photographe, l'autre écrivaine, tous deux sont Belges et reconnus à l'international. Les images du premier ont inspiré les mots de la seconde. A la clé, un dialogue traduisant l'émotion des semaines passées en immersion auprès de ceux qui sont en première ligne contre le coronavirus.

L'armée a intensifié ses interventions dans les maisons de repos dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 en déployant des ambulanciers et des infirmier(-ère)s dans six autres établissements, ont annoncé vendredi le ministre de la Défense, Philippe Goffin, et le chef de la Défense (Chod), le général Marc Compernol.