Tout sur missile

La Corée du Nord a mené mardi un tir de missile balistique qui a survolé le Japon pour s'abîmer dans le Pacifique, un pas supplémentaire dans l'escalade des tensions autour des ambitions militaires de Pyongyang.

C'est la fin d'un faux suspense. Et d'un vrai feuilleton. Le 14 mars 1985, le gouvernement belge marque son accord à l'installation de fusées nucléaires sur son territoire. Une décision inévitable mais aussi largement controversée.

L'armée nord-coréenne a procédé au lancement d'un missile balistique à partir d'un sous-marin en mer du Japon, a annoncé un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense samedi soir. Le projectile a parcouru une trentaine de kilomètres, mais le tir se serait conclu par un échec selon Séoul. Pyonyang affirme pour sa part que le tir a été une réussite.

Un haut responsable militaire nord-coréen a menacé d'une frappe nucléaire la Maison Blanche et le Pentagone, comme il l'a déjà fait par le passé, accusant Washington d'exacerber les tensions sur la péninsule avec les manoeuvres conjointes menées avec le Sud.

La Corée du Nord a procédé au test d'un nouveau missile tactique de haute précision, a annoncé l'agence officielle nord-coréenne KCNA vendredi soulignant une "avancée" significative dans les capacités de défense du pays.

Un engin nord-coréen a volé pendant plusieurs minutes avant de chuter dans l'océan. Malgré l'"échec" c'est une "provocation" pour les Etats-Unis. Une réunion d'urgence sera organisée dans la journée à l'Onu. Pyongyang pourrait mener un essai nucléaire pour effacer le fiasco.

L'agence officielle de Téheran affirme que Ghader, missile iranien, a atteint et détruit sa cible. La marine iranienne testera deux autres missiles lundi au dernier jour des manoeuvres navales dans la région du détroit stratégique d'Ormuz par où transite 35% du trafic pétrolier maritime mondial.