Tout sur Michel Daerden

Dans Histoire secrète du PS liégeois, François Brabant, journaliste au Vif/L'Express, retrace un demi-siècle de déchirements au sein de la plus importante fédération du premier parti francophone du pays. Un livre brillant, mené comme un thriller, et fruit d'une enquête minutieuse.

Une bonne centaine de personnes ont rendu hommage à Michel Daerden, qui aurait fêté dimanche son 65e anniversaire. Une brève cérémonie s'est déroulée au cimetière d'Alleur (Ans), en présence de la famille de l'ancien ministre et bourgmestre socialiste, ainsi que de mandataires politiques PS.

Les cendres de Michel Daerden reposeront bientôt au cimetière d'Alleur dans la partie dédicacée, depuis la décision du conseil communal du 25 juin dernier, aux personnalités qui ont servi la commune d'Ans et la collectivité, ont annoncé conjointement mercredi Frédéric Daerden, le fils de l'ancien ministre fédéral et le bourgmestre d'Ans, Stéphane Moreau.

Plusieurs orateurs se sont succédé pour rendre hommage à l'ancien ministre des Pensions Michel Daerden lors de la cérémonie d'adieu au funérarium de Robermont (Liège) lundi matin.

"Le phénomène de la daerdenmania devrait assez rapidement s'estomper" après le décès dimanche en France de l'ancien ministre socialiste des Pensions, estime Philippe Marion, professeur à l'Ecole de Communication (UCL).

En août 2009, Michel Daerden signe son retour au fédéral. Il accorde au Vif/L'Express sa première interview comme ministre des Pensions. Certains évoquent alors une "disgrâce" du Liégeois, éjecté du gouvernement wallon. "Je suis toujours là, c'est l'essentiel", rétorque-t-il. Dans ce long entretien, Michel Daerden se confie et révèle plusieurs facettes : sa conception du socialisme, sa soif de pouvoir, ses relations avec Elio Di Rupo, son rapport à l'argent...

Le décès de Michel Daerden fait la une de toute la presse ce lundi matin. Loué en tant qu'intellectuel et magicien des chiffres, de nombreux éditorialistes reviennent aussi sur son penchant pour la dive bouteille. Michel Daerden l'homme aux deux visages.

L'ancien ministre fédéral des Pensions, Michel Daerden, est décédé ce dimanche après-midi à l'âge de 62 ans, a annoncé son fils Frédéric, qui se trouvait à son chevet, à l'hôpital de Fréjus (sud de la France). "Papa nous a quittés. C'est inimaginable", a-t-il simplement déclaré.

Michel Daerden est encore actuellement trop faible et sa température est encore trop élevée pour envisager la sortie du coma artificiel, a expliqué son fils, Frédéric, ce samedi après-midi après une rencontre avec les médecins de l'hôpital de Fréjus.

Hospitalisé depuis une semaine à l'hôpital de Fréjus à la suite de deux malaises cardiaques, Michel Daerden est toujours plongé dans un coma artificiel. Il était encore fiévreux ce mercredi, mais selon son fils Frédéric qui se trouve à son chevet depuis vendredi, son état est stable.

Hospitalisé depuis une semaine à l'hôpital de Fréjus à la suite de deux malaises cardiaques, Michel Daerden est toujours plongé dans un coma artificiel. Il était encore fiévreux ce mercredi, mais selon son fils Frédéric qui se trouve à son chevet depuis vendredi, certains signes positifs ont été décelés.

Les médecins de l'hôpital de Fréjus ne tentent actuellement plus de faire sortir Michel Daerden du coma artificiel dans lequel il a été plongé mercredi 25 juillet à la suite de deux malaises cardiaques. L'ancien ministre fédéral des Pensions est fiévreux depuis plusieurs jours et les médecins préfèrent le laisser au repos, a expliqué son fils, Frédéric, mardi en fin de journée à l'agence Belga.