Tout sur Meuse

Un bon nombre de communes de la province de Namur ont été fortement touchées par les inondations la nuit dernière: Dinant, Profondeville, Anhée, Walcourt, Namur, La Bruyère... Toutes les inondations subies dans le Namurois n'ont pas une cause identique, mais la majeure partie des dégâts induits provient de l'eau de ruissellement accompagnée de boue de culture.

Une nuit à surveiller la montée des eaux pour être certain d'être éveillé en cas de dégâts. C'est avec beaucoup de fatigue dans les yeux que de nombreux habitants du bassin liégeois découvrent les dégâts de l'inondation à Liège, la ville dans laquelle ils vivent. Du pont Maghin (Saint-Léonard) à la Belle Liégeoise, la Meuse semble avoir descendu de niveau, mais la situation reste toutefois préoccupante par endroits. Sur le chemin, des curieux et des "oufti, on a eu de la chance".

Tout a commencé hier pour certains, tandis que d'autres n'ont vu l'orage arriver qu'aujourd'hui. John est dentiste et a dû stopper ses consultations. Son cabinet est actuellement sous eau. Raphaël ne sait pas quand il va retourner travailler. Le site de son entreprise est pratiquement parti en fumée à cause des inondations. Et Jean-Claude a vu la Meuse monter de manière assez impressionnante. Ils témoignent pour Le Vif.

A Bruxelles, une centaine de personnes - selon l'estimation de la police - se sont rassemblées dimanche, pour dénoncer la situation précaire dans laquelle se retrouvent un grand nombre de personnes en cette période de crise sanitaire. A Liège, ce sont plusieurs dizaines de citoyens qui se sont réunis dans le centre de la cité ardente, pour "montrer leur colère face à la gestion désastreuse de la crise sanitaire par l'état et la nécessité de mesures solidaires qui soutiendraient la population et non pas les grosses entreprises". Il s'agit du troisième rassemblement de la sorte

Le numérique transforme aussi Namur dans ses aménagements urbains avec la création de nouveaux espaces, dont certains dédiés au dialogue avec le citoyen ou à la rencontre avec la technologie.

La Haute Meuse, en province de Namur, et la Basse et Moyenne Semois, en province du Luxembourg, se trouvaient toujours en alerte de crue mercredi matin. La situation devrait toutefois se normaliser dans les prochaines heures, indiquait la Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques wallonne sur son site.

La Meuse déborde légèrement à plusieurs endroits depuis mardi matin à Namur, en raison des fortes précipitations des derniers jours. La situation devrait se normaliser mercredi, selon le Service public de Wallonie (SPW).

Ce dimanche, le temps sera globalement plus lumineux avec une alternance de périodes ensoleillées et de quelques passages nuageux pouvant donner lieu à une averse locale principalement en Ardenne et à la mer. En Ardenne, les champs nuageux seront plus nombreux et les averses pourront parfois avoir un caractère hivernal. Les maxima seront compris entre 2 degrés en Hautes Fagnes et 7 ou 8 degrés sur l'ouest du pays. Le vent sera modéré de secteur nord-ouest, selon les prévisions de l'IRM.

Dans un entretien avec plusieurs journaux (l'écho, Le Soir, La Meuse et autres ...), Renaud Witmeur CO de Nethys et un administrateur expliquent, à grand renfort d'arguments, pourquoi il faut vendre Voo au fonds "Providence". C'est-à-dire vendre ce bien public (Propriété de la Province de Liège et de ses communes) à un privé.

On ne regarde pas une peinture de Bernard Gilbert (°1970), on y perd l'oeil à la manière d'un plongeur des grands fonds qui, avec lenteur, descend, descend, aspiré. Autour de lui, les repères glissent les uns après les autres et aussitôt perçus, aussitôt disparus, laissent la place à d'autres, plus lointains.

Il y aura d'abord encore de la pluie sur le centre et l'est du pays mardi puis le temps sera agité et variable avec régulièrement des averses. Les maxima iront de 7 à 11 degrés. Une accalmie est prévue durant la soirée et la nuit du réveillon. Pour Noël, l'Institut royal météorologique s'attend à quelques ondées résiduelles le matin et, ensuite, u temps généralement sec avec des éclaircies.

Il y a septante-cinq ans, le IIIe Reich lançait ses dernières forces contre les troupes alliées. Le choc se produit dans les Ardennes belges fraîchement libérées. Récit d'un épisode effroyable et témoignages des survivants de la Bataille des Ardennes.