Tout sur mensonge

Le décès de Mawda puis l'attentat de Liège ont montré une classe politique de moins en moins encline à la pudeur, et donc au respect des faits. Typologie d'une Belgique politique si déboussolée que le mensonge semble désormais la règle. Et la vérité, l'exception.

Le Pr Christian Mormont (ULg), qui est intervenu comme expert psychologue dans de divers procès (notamment de Michèle Martin et Geneviève Lhermitte), balise les questions d'aveu, de déni, de refoulement et de mensonge dans le domaine judiciaire.

Après les dernières élections législatives, un certain nombre de citoyens sont restés pantois, comme moi, devant ce que pouvaient devenir, dans le cercle politique, tous - presque ? - partis confondus, les engagements, les promesses, les paroles données.

"J'ai menti parce que j'avais honte pour un autre J'ai menti pour ne pas faire de la peine à quelqu'un Mais j'ai aussi menti comme ça sans raison". Nazim Hikmet, le grand poète turc, parlait de lui quand il écrivit ces vers. Il y a c'est vrai une esthétique au mensonge. Car la vérité n'est pas toujours belle, surtout pas quand le réel est triste.

Le fond de l'ère est faux. Le mensonge est aujourd'hui porté à un tel niveau, et cultivé là avec tant d'ardeur, que c'est à un trucage quasiment planétaire que nous sommes conviés, sans que l'affiche nous annonce la vraie nature du spectacle.

Détecter le mensonge n'est, malgré des techniques de plus en plus perfectionnés, pas encore une évidence. Mais il y aurait tout de même un moyen plus efficace que les autres.