Tout sur Mehdi Nemmouche

Que retenir, quelles leçons tirer des affaires Valentin, Dutroux ou Nemmouche qui, cette année encore, ont rappelé que des psychopathes dangereux sont parmi nous ?

Mehdi Nemmouche, le tueur du musée juif de Bruxelles récemment condamné à la perpétuité en Belgique, a été remis mercredi à la justice antiterroriste française qui le soupçonne d'avoir été l'un des geôliers de journalistes séquestrés en Syrie en 2013-2014.

"Aujourd'hui, justice a été rendue. Il s'agit d'une victoire pour l'Etat de droit face à l'immonde", réagit mardi matin par voie de communiqué le Musée juif de Belgique. Mehdi Nemmouche et Nacer Bendrer ont respectivement été condamnés la nuit dernière par la cour d'assises de Bruxelles à la réclusion à perpétuité et 15 ans de prison pour l'attentat qui y a été commis le 24 mai 2014. "C'est également une victoire face aux théories du complot et à la haine."

La réclusion à perpétuité prononcée par la cour d'assises de Bruxelles à l'encontre de Mehdi Nemmouche, auteur de l'attentat au Musée juif de Belgique en mai 2014, constitue un verdict "juste et proportionnel", a réagi l'avocat de la famille Riva à la fin du procès dans la nuit de lundi à mardi. Selon l'avocat, le jury n'a pas fait preuve de vengeance mais "a eu l'impression qu'on avait joué avec lui".

Mehdi Nemmouche a été condamné pendant la nuit de lundi à mardi, à l'issue de plus de huit heures de délibération, à la réclusion à perpétuité par la cour d'assises de Bruxelles. Reconnu comme l'auteur de l'attentat au Musée juif de Belgique perpétré en mai 2014, il a écopé de la peine maximale. La cour a également prononcé à son encontre une mise à disposition du tribunal de l'application des peines (TAP) de 15 ans.

Après son collègue de l'accusation la veille, le procureur Bernard Michel est revenu mardi matin devant la cour d'assises de Bruxelles sur les faits reprochés à Mehdi Nemmouche, démontrant point par point qu'il s'agit bien "de quatre meurtres prémédités et à caractère terroriste". Il s'est également attardé sur la personnalité de Mehdi Nemmouche. "Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi radicalisé que lui."

Le procureur fédéral Bernard Michel a passé l'après-midi de lundi à souligner les 23 éléments qui attestent selon lui de la culpabilité de Mehdi Nemmouche, accusé devant la cour d'assises de Bruxelles d'un quadruple assassinat à caractère terroriste au Musée juif de Belgique, et a pointé la faiblesse des huit arguments avancés par sa défense.

Le procureur Yves Moreau a débuté son réquisitoire lundi matin devant la cour d'assises en présentant les "règles du jeu" du procès pénal. Au travers de cette première partie, très théorique, de son réquisitoire, le magistrat a déjà toutefois fait une parenthèse pour dénoncer certaines allégations de la défense de Mehdi Nemmouche, le principal accusé, les qualifiant à la fois de "stupides", "choquantes" et "scandaleuses".