Tout sur Matteo Salvini

Un gouvernement dirigé par un banquier dopera-t-il à terme l'extrême droite? Pour l'historien Marc Lazar, Mario Draghi a aussi une grande expérience politique et est soutenu par la population.

Le gouvernement Draghi devra faire des choix politiques et Matteo Salvini pourrait en tirer profit, selon Jacques Sapir, directeur de l'Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris.

Le nouveau Premier ministre italien Mario Draghi a appelé mercredi à "reconstruire" le pays frappé de plein fouet par la crise sanitaire et économique, promettant de "combattre la pandémie par tous les moyens".

L'ex-président de la BCE Mario Draghi, appelé à la rescousse pour sortir l'Italie de la crise politique, a bouclé des consultations politiques pour trouver une majorité, à laquelle le chef de la Ligue, Matteo Salvini, s'est dit prêt participer, mettant dans l'embarras une partie du cabinet sortant.

Abandonné par son petit allié Matteo Renzi, le Premier ministre peut se reposer sur une coalition constituée au forceps ou tenter l'aventure risquée d'un nouveau parti.

"... il faut donner aux gens la musique qu'ils veulent entendre". Quand Isabelle Durant (Ecolo) reprend une vieille citation de feu Steve Stevaert, ancien président du SP.A, pour décrire le populisme actuel.

Dans l'approche européenne de la crise de la covid-19, ce sont les États membres qui manquent à leurs devoirs, estime le professeur Steven Van Hecke (KU Leuven). "Si vous abandonnez les Italiens à leur sort maintenant, dans deux ans, Salvini sera Premier ministre italien et ce sera avec lui qu'il faudra négocier."

Revers électoraux, perte de sympathisants au profit de la Ligue d'extrême droite et du Parti démocrate de gauche, absence de leadership... : le mouvement de Beppe Grillo et Luigi Di Maio pourra-t-il enrayer son déclin ?

Plusieurs dizaines de milliers de sympathisants du tout jeune mouvement antifasciste des Sardines ont manifesté dimanche à Bologne, dans le nord de l'Italie, pour tenter de peser sur une élection régionale cruciale se tenant le 26 janvier, dont le dirigeant d'extrême droite Matteo Salvini a fait un enjeu national.

Un mois jour pour jour après la naissance du mouvement spontané des Sardines à Bologne (nord de l'Italie), un rassemblement était prévu ce samedi à 16h00 place de l'Albertine, au pied du Mont des Arts à Bruxelles, pour protester contre "la dérive populiste de la politique italienne et la propagation des idées souverainistes et racistes au niveau européen", peut-on lire sur la page Facebook dédié au mouvement en Belgique "6000 Sardine à Bruxelles - Il Belgio non si lega".

Gerald Knaus, l'homme à l'origine de l'accord UE-Turquie, souhaite également conclure des accords avec les pays africains. Entretien sur la frontière la plus meurtrière du monde, le non-sens des quotas de réfugiés et l'hypocrisie de l'extrême droite. "Nous ne réussirons jamais à renvoyer tous ces Africains."