Tout sur Matt Hancock

Une personne sur huit en Angleterre avait été infectée par le nouveau coronavirus en décembre, marquant une nette augmentation par rapport au mois précédent (1 sur 11) sur fond de propagation d'un nouveau variant très contagieux, selon une étude officielle publiée mardi.

Les trois quarts de la population en Angleterre seront confinés à partir de jeudi, le gouvernement britannique étendant les zones soumises aux plus strictes restrictions introduites pour contrer une flambée du nombre des cas de nouveau coronavirus attribuée à un variant du virus.

Le ministre de la Santé britannique, Matt Hancock, a indiqué dimanche que la nouvelle souche de nouveau coronavirus était "hors de contrôle" pour justifier le reconfinement de Londres et d'une partie de l'Angleterre, qui pourrait, selon lui, durer jusqu'au déploiement d'un vaccin.

Le laboratoire pharmaceutique britannique AstraZeneca a annoncé lundi que son vaccin en cours de mise au point contre le Covid-19 entraînait une réponse immunitaire encourageante de la part des jeunes adultes et des personnes âgées.

Le gouvernement britannique envisage un deuxième confinement national en raison de l'augmentation des contaminations au coronavirus, selon un rapport publié vendredi par le Financial Times. Des conseillers scientifiques ont recommandé au gouvernement d'imposer un lockdown de deux semaines en octobre.

Lui-même frappé par le nouveau coronavirus, le Premier ministre britannique Boris Johnson reprend lundi les rênes du gouvernement, sous une pression croissante pour dévoiler ses plans concernant le confinement, en place depuis plus d'un mois.

Un record journalier de près de mille morts: le gouvernement britannique a exhorté le public à respecter le confinement malgré le week-end pascal ensoleillé pour tenter d'enrayer la comptabilité macabre de la pandémie de nouveau coronavirus, dont le Premier ministre se remet à l'hôpital.

Instagram, très populaire chez les jeunes, a décidé d'interdire les photos montrant des blessures infligées à soi-même, pour aider à lutter contre l'automutilation et le suicide, a annoncé jeudi la plateforme, propriété par Facebook.