Tout sur Marie Christine Marghem

La ministre fédérale de l'Energie Marie Christine Marghem (MR) a l'intention de faire passer plusieurs dossiers lors du prochain conseil des ministres envisagé vendredi, a-t-elle indiqué mercredi lors d'une conférence de presse. "Tant que le Roi n'a pas accepté la démission, nous ne sommes pas encore en affaires courantes. Dans ce contexte, nous continuons à travailler." Les dossiers considérés comme urgents par la ministre concernent la CRM (Capacity Remuneration Mechanism) et la provision nucléaire. Elle appelle notamment le PS et Ecolo à soutenir ces textes au parlement. "Si on perd quelques mois, sortir du nucléaire en 2025 sera problématique."

Le gouvernement flamand a confirmé vendredi son refus de signer une déclaration proposée cette semaine à la COP 24 à Katowice (Pologne) par un groupe de pays se voulant à la pointe de l'ambition climatique, empêchant de ce fait la Belgique de s'y rallier malgré le feu vert du fédéral, de la Wallonie et de Bruxelles, a-t-on appris de bonnes sources.

S'il tient jusqu'aux élections, il reste cinq mois au gouvernement Michel II pour mener à bien trois grands chantiers, à savoir ceux du pouvoir d'achat, de la migration et du climat. Cependant, dans les faits, l'orange bleue risque d'être entravée et incapable de faire autre chose que ce qu'un gouvernement en affaires courantes peut faire.

En pointant du doigt dimanche un gouvernement flamand qui freine les ambitions climatiques de la Belgique, la ministre fédérale de l'Énergie Marie Christine Marghem visait la répartition intra-belge des charges pour la période 2021-2030, a-t-elle clarifié lundi à son arrivée à la 24e conférence de l'ONU sur le climat (COP24) à Katowice (Pologne).

Que la Belgique ait vendu ses centrales nucléaires à un opérateur étranger n'était sans doute pas le choix le plus judicieux, a estimé mercredi la ministre de l'Energie Marie Christine Marghem (MR) lors d'une conférence de presse. Les réacteurs opérationnels aujourd'hui, Doel 3 et Tihange 1, assureront "sans difficultés" l'approvisionnement en électricité de la Belgique jusque fin décembre, a-t-elle toutefois spécifié après une réunion de la 'Task Force', composée des principaux acteurs de l'énergie (Electrabel, Elia, la CREG et la DG Energie).

Quel est l'impact de notre consommation sur la biodiversité ? Pour sensibiliser les citoyens à cette question, le SPF Santé publique lance officiellement ce vendredi une grande enquête sous forme de quiz en ligne. Il fait partie intégrante de la campagne #BeBiodiversity, mise en place par la ministre fédérale de l'Environnement, Marie Christine Marghem.

Le gouvernement fédéral ne joue pas la montre mais travaille au "renforcement" du principe "pollueur-payeur" dans le dossier de la gestion des provisions nucléaires qui incomberont à Engie-Electrabel dans le cadre du démantèlement des centrales nucléaires et de la gestion des déchets nucléaires, a indiqué mercredi la ministre de l'Energie Marie Christine Marghem.

Les différentes mesures prises par le gouvernement depuis l'annonce de l'indisponibilité de plusieurs centrales nucléaires cet hiver garantissent la sécurité de l'approvisionnement jusqu'à la fin décembre, a assuré mercredi la ministre de l'Energie, Marie Christine Marghem, en commission de la Chambre en réponse à des questions de Jean-Marc Nollet (Ecolo), Karine Lalieux (PS) et Bert Wollants (N-VA). A court terme, des mesures doivent encore être prises pour janvier et février.

Au terme de discrètes négociations, la ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem et les dirigeants d'Engie sont proches d'un accord sur les provisions nucléaires, qui doivent servir à couvrir le coût du démantèlement des réacteurs et la gestion des déchets nucléaires, indiquent mardi L'Echo et De Tijd.

Au terme de discrètes négociations, la ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem et les dirigeants d'Engie sont proches d'un accord sur les provisions nucléaires, qui doivent servir à couvrir le coût du démantèlement des réacteurs et la gestion des déchets nucléaires, indiquent mardi L'Echo et De Tijd. La maison-mère d'Electrabel est prête à donner une caution sur ces provisions mais veut, en échange, être sûre qu'il n'y aura pas de coûts supplémentaires.

Le surplus d'électricité produit au nord de l'Allemagne et destiné au sud du pays passe par les lignes à haute tension de pays voisins, dont la Belgique. Ces flux de type "loop flows" ne sont pas sans poser problème car les lignes à haute tension ne peuvent être utilisées qu'une fois.

Les 750 MW de capacité supplémentaire dégagés mercredi par la ministre fédérale de l'Energie Marie Christine Marghem (MR) ne seront pas suffisants pour contrer le risque de pénurie d'électricité au mois de novembre. Il pourrait encore manquer environ 1.000 MW de capacité pour assurer l'approvisionnement énergétique du pays, d'après les calculs du gestionnaire du réseau de transport d'électricité Elia.