Tout sur Marcel Van der Auwera

Face à la hausse du nombre de contaminations, certains hôpitaux devront à nouveau reporter des soins non urgents, affirme Marcel Van der Auwera, chef du département Aide d'urgence du SPF Santé publique. À l'instar des syndicats, celui-ci espère que les mesures supplémentaires auront un effet rapide, afin que les hôpitaux puissent à nouveau désengorger leurs services.

À Bruxelles, l'évolution de l'épidémie s'accélère dans les hôpitaux, où une septantaine de patients occupent aujourd'hui des lits en soins intensifs. Mais si la situation sanitaire inquiète et pousse certaines institutions bruxelloises à envisager des transferts de patients en Wallonie et en Flandre. On est encore loin du scénario catastrophe, rassure Marcel Van der Auwera, chef du département aide médicale urgente au SPF Santé publique.

Si le nombre d'hospitalisations continue d'augmenter à ce rythme, les hôpitaux du pays devront passer à la phase 2 début novembre, rapporte Marcel Van der Auwera, responsable de l'assistance médicale d'urgence au SPF Santé publique. "Mais nous espérons que nous verrons les courbes s'affaiblir la semaine prochaine et que ce ne sera pas nécessaire", a-t-il déclaré lundi.