Tout sur manifestation

Les Français sont descendus mardi dans les rues à Paris et en province, en plein Euro de football, pour protester contre une réforme du gouvernement socialiste qui a plongé depuis mars le pays dans de multiples grèves et manifestations émaillées de violences.

"Les actions dans le sud du pays nuisent surtout à la société wallonne", écrit notre confrère de Knack Ewald Pironet. "Entre-temps, on travaille en Flandre. Le nord et le sud s'éloignent encore plus. Sur le plan socio-économico-financier, nous sommes déjà une confédération."

Des accompagnateurs de trains flamands ont fait la grève du contrôle des tickets. Mal leur en a pris. La SNCB les a rappelés à l'ordre : l'action risque de coûter cher aux chemins de fer. Surtout, elle a le tort de réconcilier contestataires et usagers. Ne doit rester sur les rails que la protestation qui rend impopulaire.

Ce mardi, Deborah, Francesca, Renaud, Nicolas, François, François et moi étions à Bruxelles pour exprimer, montrer un sentiment, une opinion, un désir, bref pour MANIFESTER !

"Si la population se montre patiente, tout va s'arranger". Le propos vient de Bart De Wever qui nous raconte des histoires pour nous endormir. Heureusement, la population ne semble pas répondre à l'appel du marchand de sable. La manifestation de ce 24 mai n'est que le début d'une nouvelle vague de résistance sociale, pour que l'espoir l'emporte sur le désespoir.

Les syndicats donnent rendez-vous aux militants le mardi 24 mai à Bruxelles pour une manifestation fédérale interprofessionnelle contre la politique du gouvernement. 50 000 manifestants sont attendus selon la police, qui conseille d'éviter la capitale en voiture ce jour-là. Des perturbations sont aussi attendues sur le réseau de la Stib des TEC et à la SNCB.

C'est facile de soupirer devant son écran de télévision ou derrière son clavier d'ordinateur quand un Kris Peeters lance sa loi des 45 heures/semaine en plein scandale des Panama Papers. Mais s'indigner sans agir, c'est gâcher une précieuse énergie politique - et croyez bien que Charles Michel se frotte les mains de votre passivité.

Manifestation nationale interprofessionnelle le 24 mai et le 29 septembre. Manifestation des services publics en front commun syndical le 31 mai. Grève générale le 24 juin et le 7 octobre... Colère des gardiens de prison. Dénonciations cinglantes des magistrats. Désolations policières...

Un syndicat de policiers français a appelé mercredi à une manifestation le 18 mai pour dire "stop à la haine anti-flic", après deux mois de contestation sociale marquée par des affrontements aux cris de "tout le monde déteste la police".

En plus de la manifestation fédérale organisée en front commun le 24 mai et la grève menée par la FGTB le 24 juin, plusieurs autres actions ont été annoncées par les syndicats, mardi. Une seconde manifestation fédérale aura lieu le 29 septembre et une grève générale se tiendra le 7 octobre, selon la CSC. Le syndicat libéral CGSLB doit encore se prononcer sur ces deux dernières dates.

"Contre la pauvreté salariale et sociale", les manifestations traditionnelles du 1er Mai se sont déroulées dimanche à travers le monde, avec des incidents à Istanbul et un défilé qui a dégénéré à Paris.