Tout sur mandat

Les hommes et femmes politiques, en Flandre comme en Wallonie, sont actuellement sur la sellette concernant les montants parfois astronomiques de leurs mandats. Dernière victime en date : le président de la Chambre et chef de groupe N-VA au conseil communal de Gand. Siegfried Bracke a, en effet, annoncé ce mardi qu'il quittait son poste de membre du conseil consultatif de Telenet. Mais que gagnent au final les personnalités politiques de notre pays ? Des journalistes du Morgen ont essayé de le savoir en Flandre et la réponse est plutôt complexe.

Alain Mathot, le député-bourgmestre de Seraing, a annoncé lundi lors du conseil communal qu'il avait démissionné de ses postes d'administrateur au sein des intercommunales Publilec et SOCOFE, ainsi que d'EDF Luminus où il était membre du comité stratégique et de Publipart, dont Publifin est actionnaire et dont il était le vice-président du conseil d'administration.

Gilles Vanden Burre (Ecolo), Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Kristof Calvo (Groen) ont déposé une proposition de loi visant à obliger les mandataires à publier les rémunérations de leurs mandats publics et privés dans les déclarations de mandats ainsi que les éventuels avantages en nature.

L'ex-sénateur et ancien bourgmestre de Saint-Trond Ludwig Vandenhove (sp.a) se situe, en exerçant 60 mandats - mais 'seulement' trois rémunérés - en tête de la liste des gestionnaires publics qui cumulent le plus en 2014, selon la publication annuelle du Moniteur

Six bons mois de suédoise font valser les commissaires du gouvernement. Ce que la Belgique fédérale compte d'institutions (semi-) publiques renouvelle ces " missi dominici " chargés d'y être les yeux et les oreilles de la nouvelle coalition N-VA-MR-CD&V-Open VLD.

Le 23 janvier, Koen Algoed, le chef de cabinet du ministre flamand N-VA Philippe Muyters, a été nommé, par le gouvernement flamand, administrateur de la banque KBC.

Le parlement wallon pourrait devoir faire face à une hémorragie de ses membres, sous la prochaine législature. Partis à la retraite ou vers d'autres assemblées pour cause de non cumul. Inquiétant à l'heure où le pouvoir politique bascule vers les Régions.

Le président N-VA du parlement flamand, Jan Peumans veut s'inspirer des règles wallonnes en matière de cumul des mandats. Celles-ci prévoient que chaque groupe politique peut compter au maximum un quart de membres qui cumulent avec un poste de bourgmestre, d'échevin ou de président de CPAS. L'adoption d'une telle limite permettrait d'améliorer les débats parlementaires en Flandre, fait-il valoir dans une interview au Standaard.

Le parlement wallon approuvera mercredi le décret spécial qui limite le cumul d'un mandat parlementaire régional avec une fonction de bourgmestre, échevin ou président de CPAS. Au cours du débat, le MR a répété tout le mal qu'il pensait du texte, en dénonçant ses conséquences sur la lisibilité des élections. "Vous allez créer une assemblée de suppléants! ", a lancé le député Jean-Paul Wahl.

Ecolo et Groen! déposeront la semaine prochaine à la une proposition de loi interdisant le cumul d'un mandat de député fédéral ou de sénateur avec un autre mandat exécutif rémunéré, a indiqué le chef de groupe écologiste Olivier Deleuze sur les ondes de Bel-RTL.

Plus de 300 élus sur un total de 7.700 élus et hauts fonctionnaires que compte le Royaume, n'ont pas remis cette année à la Cour des Comptes de liste de leurs mandats et 110 de déclaration de patrimoine, comme le prévoit la loi, indique le 'Moniteur'.