Tout sur Malines

Le Musée Autoworld, Esplanade du Cinquantenaire à Bruxelles, reste accessible durant les vacances de Pâques et même au-delà, puisque les musées sont autorisés à garder portes ouvertes, moyennant le respect des mesures sanitaires en vigueur. Il propose, du 2 avril au 30 mai, une intéressante exposition consacrée aux breaks et autres station wagons.

Le virologue Marc Van Ranst (KULeuven) a de nouveau fait l'objet de menaces de mort. " Quelqu'un pourrait-il mettre une balle à Van Ranst et son alarmisme ", a écrit le chef cuisinier d'un restaurant ostendais sur sa page Facebook. Son message est devenu viral et la police a ouvert une enquête.

L'Institut de médecine tropicale (IMT) d'Anvers débutera au début du mois de janvier un essai clinique de phase 3 sur le vaccin anti-Covid-19 de l'entreprise pharmaceutique Johnson & Johnson, a déclaré l'institution dans un communiqué. Dans cette dernière phase de l'étude, les chercheurs évalueront l'efficacité du vaccin et son niveau de protection avant sa mise sur le marché.

Le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese (N-VA), veut pouvoir refuser les patients bruxellois atteints de coronavirus. "Les limites de notre solidarité médicale ont été atteintes", déclare-t-il à la VRT. Une politique d'Alostois d'abord qui suscite l'indignation d'autant que le plus grand hôpital d'Alost dément que la capacité maximale a été atteinte.

Le salut nazi à Charleroi, les accusations de profilage ethnique des forces de l'ordre de Blankenberge... L'extrême droite prospère-t-elle dans les rangs de la police comme elle progresse dans la société ? Non, selon Eddy Quaino, représentant permanent à la CGSP-Police, le syndicat socialiste. Mais il faut rester vigilant.

La police locale de Malines-Willebroek a ouvert une enquête dimanche soir après des menaces proférées à l'encontre de Marc Van Ranst à la gare de Malines. Le virologue a photographié son agresseur tandis qu'il faisait le salut hitlérien et a posté la photo sur Twitter.

Vingt-et-un résidents et neuf membres du personnel ont été testés positifs au nouveau coronavirus dans la maison de repos Milsenhof, à Malines. Fin de la semaine dernière, la contamination de 33 résidents et huit membres du personnel avait déjà été détectée. Le service de cohorte, séparé et spécifique pour les patients atteints du Covid-19, sera étendu. Les visites restent interdites.

A Malines, les bannières communales porteuses de consignes se succèdent sur la Grand-Place. D'abord priés de rester prudemment chez eux pour échapper aux méfaits du coronavirus, les Malinois sont à présent invités à manifester leur rejet du racisme.

La moitié du conseil scientifique de la Caserne Dossin à Malines, soit 9 membres sur 18, a annoncé sa démission lundi lors du conseil d'administration de ce plus important lieu de mémoire pour la Shoah en Belgique, composé d'un mémorial, d'un musée sur l'Holocauste et les droits de l'homme, et d'un centre de documentation.

Après des centres pour réfugiés et sans-abri, le géant de la sécurité G4S exploite désormais des maisons de transition en Belgique. Première étape d'une privatisation inavouée ? Le ministère de la Justice refuse d'expliquer le choix de cet opérateur.

Les syndicats ont décidé lundi d'organiser une grève de 24 heures chaque vendredi de février dans toutes les prisons de Belgique, a fait savoir Gino Hoppe, membre du syndicat socialiste ACOD-CGSP. Plus tôt dans la journée, les syndicats avaient rencontré le ministre de la Justice Koen Geens mais aucun accord n'a pour l'instant été trouvé.