Tout sur malbouffe

Si l'armée britannique peut se vanter de la puissance de ses troupes, elle se fait dorénavant railler sur l'embonpoint de ses soldats. Ces derniers consommeraient trop de "junk food", ce qui jouerait sur l'efficacité du bataillon.

En 20 ans, une taxe de 10% sur les collations grasses et les boissons sucrées permettrait un gain en matière de soins de santé de 2,2 milliards d'euros, selon une étude de l'université de Gand, que relayent Le Soir et les journaux du groupe Mediahuis lundi.

La ministre de l'Enseignement obligatoire, Marie-Dominique Simonet (cdH), a l'intention de supprimer la "malbouffe" dans les écoles d'ici 2015, rapportent mercredi le journal 'Le Soir' et les quotidiens du groupe Sud Presse. Les aliments ayant une teneur élevée en graisse, en sel ou en sucre sont visés.

Sucre, sel, graisse : trois produits sources d'obésité qui sont souvent en surcharge dans notre alimentation. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) veut exclure des écoles les aliments qui en contiennent en trop grande quantité.

Selon des scientifiques américains, la zone du cerveau qui contrôle l'addiction aux drogues et à l'alcool stimulerait également l'envie de sucre et de produits gras. Ce phénomène touche principalement les consommateurs de junk food comme les hamburgers, chips et autres cookies.