Tout sur Maladie virale

Ces dernières décennies, les vaccins ont sauvé des centaines de milliers de vies humaines. Prenez le virus de la variole, qui a tué 500 millions de personnes en un siècle: grâce au vaccin antivariolique, ce redoutable tueur a aujourd'hui disparu de la Terre. Le virus de la poliomyélite aussi est en passe s'éteindre, malgré quelques foyers qui subsistent encore çà et là en Asie.

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a demandé aux experts en matière de covidde se pencher sur un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies qui suggère que les personnes ayant été vaccinées peuvent se rencontrer à l'intérieur, sans porter de masque.

Vivre avec le virus, en espérant que le vaccin nous en délivre tôt ou tard, est-il encore une solution? Des experts plaident, une nouvelle fois, pour un changement de doctrine. Pour eux, il faut aller plus loin et viser son élimination.

L'année dernière, c'est durant la onzième semaine que les premières hospitalisations pour cause de covid ont été enregistrées en Belgique. Et c'est durant les semaines 13 et 14 que l'on a connu le plus grand nombre de nouvelles hospitalisations durant la première vague. Or, nous venons d'entrer dans la douzième semaine de 2021. Question : le covid est-il saisonnier?

Plusieurs résidents d'un centre de soins résidentiel de Louvain ont été testés positifs au coronavirus malgré qu'ils aient été vaccinés, a rapporté lundi le Standaard. Une information confirmée par l'échevine en charge de la Santé de la Ville, Bieke Verlinden. "Cela prouve que nous devons rester vigilants, même si la quasi-totalité des résidents des centres de soins résidentiels ont été vaccinés", a-t-elle indiqué.

Comment lutter contre l'épidémie? Les mesures barrières, le testing, le tracing et la quarantaine, évidemment. Mais il existe d'autres armes moins connues du grand public: le séquençage du génome du virus et son analyse. Une discipline très pointue qui porte le nom de phylodynamique.

Où est né le Sras-CoV-2? D'où vient-il? Quand et comment a-t-il été transmis à l'homme? Un an après, le mystère demeure entier sur son origine. Son issue semble encore loin.

D'abord la panique en Chine, puis l'opacité du système communiste, enfin les accusations de Donald Trump: un an après la mort de la première victime du Covid-19, la politisation de l'épidémie éloigne les chances de connaître un jour l'origine du virus.

L'Organisation mondiale de la santé a fait une incursion dans le monde d'avant la pandémie, révélant que 7 sur dix des maladies qui tuaient le plus de gens en 2019 étaient des affections non transmissibles et en premier lieu les maladies cardiaques.

La surmortalité, la grippe, le masque, l'immunité collective... Les avis sur ces sujets sont nombreux sur les réseaux sociaux. Dans un souci d'objectiver le débat, alors que les informations contradictoires circulent aussi vite qu'une épidémie, Le Vif a décodé les arguments que vous entendez souvent.

A moins d'une transformation radicale du système économique, les pandémies comme le Covid-19 vont se multiplier et faire plus de morts, alertent jeudi des experts de l'ONU sur la biodiversité (IPBES) soulignant l'immense réservoir de virus inconnus dans le monde animal.

S'il s'avère moins mortel que le SARS-CoV premier du nom, le nouveau coronavirus Covid-19 est néanmoins plus dangereux que son prédécesseur. Mais pourquoi ces faux jumeaux ont-ils un impact si différent ? Analyse de leur modus operandi.