Tout sur malades de longue durée

Des malades de longue durée qui reprennent partiellement le travail risquent de perdre jusqu'à 200 euros par mois en raison d'une réforme de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open Vld). Cette dernière a reconnu qu'il ne s'agissait pas de l'objectif recherché et va donc adapter le système, écrivent vendredi De Tijd, Het Laatste Nieuws et De Morgen.

En 2015, le taux d'absentéisme de longue durée des travailleurs belges (plus d'un mois et moins d'un an) atteignait 2,81% des travailleurs, un record, selon le prestataire de services RH SD Worx qui a étudié le phénomène auprès de 18.000 entreprises. L'absentéisme de longue durée ne fait qu'augmenter depuis 2008: de 1,75 % en 2008, il atteint 2,81% en 2015.

Le projecteur de l'austérité est une fois de plus dirigé vers le bas. Tout en haut de l'échelle sociale, les millions d'euros restent bien à l'abri, dans l'ombre. En bas, on accroît par contre la pression pour renvoyer au travail les gens en incapacité de longue durée. " Beaucoup d'histoires à dormir debout ", répond la ministre De Block. " Non ", écrit Peter Mertens, en donnant la parole à plusieurs témoins.

Le gouvernement fédéral a approuvé mardi l'avis du groupe des 10 à propos de la réintégration professionnelle des malades de longue durée. Début décembre, les partenaires sociaux se sont écartés de la proposition de l'exécutif qui voulait sanctionner les travailleurs refusant le trajet de réintégration proposé.