Tout sur Luc Van Gorp

La nouvelle du projet d'adaptation de la législation sur la vente de boissons alcoolisées aux jeunes fait réagir vendredi, notamment du côté de la Mutualité chrétienne et du SNI qui accueillent assez froidement la "clarification" décidée par la ministre de la Santé publique Maggie De Block. Principale critique: la ministre Open VLD ne profite pas de l'occasion pour réellement prendre le problème à bras le corps.

Depuis 2017, les malades de longue durée sont activés via ce qu'on appelle une "procédure de réintégration". Mais, dans 70 % des cas, le patron dit qu'il n'y a ni travail adapté ni autre travail disponible et le travailleur malade est licencié sans la moindre indemnité. Ce mardi 22 mai, le Conseil des ministres a décidé que les travailleurs malades qui collaborent insuffisamment à cette procédure de licenciement pourront perdre de 5 à 10 % de leur indemnité de maladie. Les sanctions possibles pour les patrons qui ne procurent pas un travail adapté ou un autre travail sont quasiment supprimées.

"Un hôpital sur quatre peut fermer sans que cela n'affecte les prestations de santé ou l'accessibilité aux soins", estime le président de la Mutualité chrétienne (MC) Luc Van Gorp dans un entretien publié mercredi par Het Belang van Limburg.

"Il est hallucinant qu'un gouvernement doté d'autant de départements et de ministères reporte un tiers de l'effort budgétaire sur la sécurité sociale et les soins de santé", a affirmé mercredi soir à l'agence Belga le président de la Mutualité chrétienne, Luc Van Gorp.