Tout sur Luc Dardenne

"Le moment est grave parce qu'il concerne un principe que tout État de droit se doit de respecter: on ne peut rapatrier des demandeurs d'asile dans un État pratiquant la torture, dans un État où la torture pour ces rapatriés est possible", peut-on lire dans une carte blanche signée par Jean-Pierre et Luc Dardenne et publiée mardi dans Le Soir et De Standaard.