Tout sur Lombardie

Un reconfinement sera "très difficilement incontournable si on veut éviter une situation de saturation hospitalière à la Bergame", du nom de cette ville italienne de Lombardie où les hôpitaux avaient dû poser, au printemps dernier, des choix sur quelles personnes atteintes du coronavirus soigner. C'est ce qu'a affirmé jeudi soir Marius Gilbert, l'épidémiologiste à l'Université libre de Bruxelles, dans le journal télévisé de la RTBF. "On ne peut pas y échapper si on ne veut pas arriver à cette extrémité-là", prévient-il.

On dirait presque une des oeuvres gigantesques de l'empaqueteur et artiste défunt Christo. Comme un immense linceul, la toile blanche recouvre le flanc de la montagne. Dans le nord alpin de l'Italie, l'été approche et il faut protéger la glace alpine de la chaleur qui vient.

Les autorités sanitaires italiennes ont appelé vendredi à la "prudence", après avoir observé la semaine dernière des "signaux d'alerte liés à la transmission" du Covid-19, notamment à Rome, indiquant que "la circulation du virus est encore importante".

"Les robots sont des assistants infatigables. Ils ne peuvent être contaminés, ils ne sont jamais malades": ces recrues sont adoubées par le chef de l'unité de soins intensifs de l'hôpital Circolo de Varèse en Italie (nord), submergé par les malades du coronavirus.

Pour le deuxième jour consécutif, l'Italie enregistre des statistiques laissant penser que la diffusion du coronavirus ralentit. Dans son bulletin quotidien, l'Agence de protection civile rapporte 601 nouveaux décès, contre 651 dimanche et un record de 793 samedi. Le nombre total de morts s'élève désormais à 6.077.