Tout sur libération conditionnelle

Le comité ministériel restreint a trouvé jeudi un accord sur un durcissement des conditions de libération conditionnelle pour les infractions les plus graves, comme prévu dans la déclaration gouvernementale et comme accéléré par les polémiques qu'a provoqué la remise en liberté de Michelle Martin, la semaine dernière.

Le comité ministériel restreint n'a pas achevé la discussion sur un durcissement des conditions de libération conditionnelle pour les infractions les plus graves. Les experts des différents cabinets doivent encore éclaircir certains aspects techniques, a-t-on indiqué à l'issue de la réunion. Une nouvelle réunion aura lieu jeudi pour boucler le dossier.

Les pourvois formés par les parties civiles contre le jugement du tribunal de l'application des peines de Mons accordant la libération conditionnelle à Michelle Martin, l'ex-épouse et complice de Marc Dutroux, sont considérés dans l'avis de l'avocat-général de Cassation Raymond Loop comme "irrecevables ou non fondés", indique le site internet du quotidien "Le Soir". Ce qui signifie que Michelle martin serait autorisée à rejoindre le couvent de Malonne le 28 août prochain.

Le tribunal de l'application des peines (TAP) est aujourd'hui la seule instance en Belgique à pouvoir octroyer une libération conditionnelle à toute personne condamnée à une peine privative de liberté de plus de trois ans. Elle permet au détenu de purger sa peine à l'extérieur de la prison tout en respectant certaines conditions fixées par le TAP.