Tout sur Libération

La direction de "Libération" a annoncé aux salariés son intention de supprimer 93 postes. Le quotidien français, qui emploie 250 personnes dont 180 journalistes, veut aboutir à une rédaction unifiée entre papier et web de 130 journalistes.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, trois soeurs bruxelloises, délurées, séduisent un maximum d'officiers alliés. A chaque conquête, elles réclament un insigne. Pour en faire un couvre-lit! Un ancien pilote britannique est à la recherche de cette pièce historique.

Il y a septante ans, le 3 septembre 1944, la capitale est libérée ! Bruxelles 44 rassemble 58 minutes de séquences rares et inconnues du public, nourries par des témoignages inédits. Un film festif et joyeux, signé Tristan Bourlard. Emotion garantie.

Après 4 mois en résidence surveillée en Italie, Bahar Kimyongür, militant belge d'extrême gauche est libéré. C'est la troisième fois en 14 ans qu'il est arrêté en raison d'un mandat d'arrêt international émis à son encontre par la Turquie pour terrorisme. Une accusation qu'il n'a jamais cessé de récuser.

Le journal français Libération, ancré à gauche et adepte d'une liberté de ton au service d'un journalisme de combat, affronte une grave crise financière que ses actionnaires veulent enrayer en transformant le quotidien en "réseau social", une mue refusée en bloc par la rédaction.

Un homme a été interpellé dans le 7e arrondissement de Paris dans le cadre de l'enquête sur le tireur soupçonné d'avoir grièvement blessé un jeune homme au journal Libération. Il a été ensuite relâché. Selon Libération, l'homme se trouvait chez son médecin dans le Val-de-Marne au moment de la fusillade.

Plusieurs syndicats de police estiment que le dispositif prévu pour assurer la sécurité de Marc Dutroux dans le cadre de son déplacement lundi à Bruxelles pour comparaître devant le tribunal de l'application des peines est disproportionné et très coûteux, rapporte dimanche RTLinfo.be.

Georges-Henri Beauthier, l'avocat de Jean-Denis Lejeune, Laetitia Delhez, envisage de porter le dossier concernant la libération conditionnelle de Michelle Martin devant la Cour européenne des droits de l'Homme de Strasbourg (CEDH), si la Cour de cassation venait à rejeter le pourvoi de ses clients, a-t-il indiqué jeudi à l'Agence Belga.