Tout sur Leterme II

La ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, n'adoptera pas avant octobre 2016 au plus tôt le nouvel arrêté royal visant à délivrer un numéro Inami aux étudiants francophones actuellement engagés dans des études de médecine, a-t-elle annoncé mardi en commission de la Chambre.

La ministre fédérale des Affaires sociales et de la Santé Maggie De Block a dit pis que pendre mardi du système qui sera mis en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles pour filtrer les étudiants en médecine seulement à l'issue de la première année d'étude, en vue de l'obtention ultérieure du numéro INAMI. "Cela ne me fait franchement pas rire", a-t-elle dit en commission de la Chambre.

Le SPF Santé publique déposera sur la table, ce vendredi, son cadastre dynamique des médecins lors de la réunion plénière de la commission de planification de l'offre médicale, a annoncé la ministre de la Santé publique, Maggie De Block.

La Fédération Wallonie-Bruxelles disposera bel et bien d'un filtre aux études de médecine dès l'année académique prochaine, a confirmé jeudi le ministre de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt. Cette sélection devrait se faire sur base d'un concours organisé à l'issue de la 1re année d'études.

Le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt a affiché jeudi sa disposition à prévoir un "filtre" aux études de médecine en Fédération Wallonie-Bruxelles en fonction du cadastre que la ministre fédérale des Affaires sociales et de la Santé Maggie De Block s'est engagée à sortir de façon prioritaire pour étudier les besoins et délimiter les futurs quotas.

Le Conseil de la Jeunesse, l'Union des étudiants de la Communauté française (Unécof) et le Comité Inter-Universitaire des étudiants en Médecine (CIUM) sont prêts à défendre un système de sélection flexible au début du cursus de médecine afin de trouver une solution rapide au problème des quotas Inami, indiquent les trois associations jeudi soir dans un communiqué.

La ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block (Open Vld), a rencontré jeudi matin les doyens de médecine francophones pour évoquer la problématique des numéros Inami, dont la moitié des étudiants de dernière année de médecine pourraient être privés l'année prochaine au sud du pays.

Un cadastre de l'offre médicale croisant les données de l'Inami et celles du SPF Santé est déjà exploitable, peut-on lire dans le Journal du médecin à paraître vendredi. Ce cadastre confirme une pénurie croissante de généralistes, d'après l'hebdomadaire. D'ici 2037, l'offre médicale se maintiendra au prix d'une hausse du nombre de médecins actifs travaillant globalement moins, écrit-il également.

En Belgique, les médecins, pour pouvoir exercer leur art, doivent solliciter l'attribution d'un numéro Inami, valable à vie. Le nombre de ces numéros est limité, c'est ce qui pose problème aux étudiants francophones en fin de cursus.

Le ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt (PS), n'est pas favorable à l'instauration d'un examen d'entrée aux études en médecine, comme préconisé la semaine dernière par les doyens des facultés de médecine francophones pour sortir de la crise des numéros Inami.