Tout sur Léopold Storme

Le parquet de Bruxelles a annoncé lundi avoir requis la privation de liberté et le transfert en prison du Bruxellois Léopold Storme (29 ans), condamné par la cour d'assises de Bruxelles à 26 ans de prison en 2010 pour les meurtres de ses parents et l'assassinat de sa soeur. Une audience du tribunal de l'application des peines (TAP) de Bruxelles aura lieu prochainement en vue de se prononcer sur l'opportunité de la révocation de sa libération conditionnelle.

Le conseil de Léopold Storme, Me Fabian Lauvaux, a confirmé mardi vers 16h00 à l'agence Belga que son client était sorti de la prison de Nivelles dans le courant de l'après-midi.

Léopold Storme (29 ans) sera libéré aujourd'hui. Ce dernier avait été condamné en 2010 à une peine de 26 ans de prison pour avoir tué ses parents et sa soeur. La décision avait déjà été prise vendredi, mais le parquet avait 15 jours pour se pourvoir en cassation. Ce ne sera pas le cas.

Le tribunal de l'application des peines (TAP) de Bruxelles a accordé, vendredi vers 14h30, la libération conditionnelle à Léopold Storme. Ce dernier avait été condamné, en 2010, à une peine de 26 ans de prison pour avoir tué ses parents et sa soeur.

Un couteau a été trouvé la semaine dernière dans le magasin des parents de Léopold Storme, "Extrêmes Tissus" de la rue des Capucins à Bruxelles, a indiqué vendredi La Dernière Heure.

Léopold Storme écope d'une peine de 26 ans de réclusion pour les assassinats de ses parents et de sa soeur le 16 juin 2007.

La sphère familiale de la famille Storme, dont les parents et la soeur ont été tués le 16 juin 2007 à Bruxelles de près de cent coups de couteau et dont le fils est jugé par la cour d'assises de Bruxelles, a été décrite lundi par les témoins de moralité comme particulièrement unie.

L'un des experts psychiatres mandatés par la partie civile a évoqué, vendredi, devant la cour d'assises de Bruxelles, une probable consommation de Salvia, le plus puissant hallucinogène naturel, par Léopold Storme juste avant les faits. L'expert s'est basé sur des notes ne figurant pas au dossier. Il a surpris toutes les parties, y compris celle qui l'avait mandaté.

Le procès de Léopold Storme, devant les assises de Bruxelles, se déroule dans une atmosphère pesante, accablée par la dimension humaine du drame des Marolles. Un fils aimant qui, peut-être, s'est transformé en tueur.

Selon l'acte d'accusation, le 16 juin 2007, Léopold Storme, ce fils de bonne famille, a assassiné son père, sa mère et sa soeur d'une centaine de coups de couteau. Etait-il sous l'empire de la folie? Fallait-il le juger en assises? Réponse dès ce lundi au procès d'assises à Bruxelles.