Tout sur Kyra Gantois

Ils sont partout. Ils apparaissent aux avant-postes dans de nombreux mouvements contestataires. De la lutte contre le changement climatique aux combats féministes, les jeunes sont-ils les nouveaux meneurs ?

Les jeunes Belges mettront le cap sur Bruxelles vendredi, soit deux jours avant les élections régionales, fédérales et européennes, pour revendiquer comme chaque semaine depuis le 10 janvier une politique environnementale sociale et équitable lors de la deuxième grève internationale pour le climat. Afin de célébrer ces 19 semaines d'engagement, Youth for Climate organise en clôture de la manifestation le festival "Make Noise for Climate" ("Faites du bruit pour le climat") à Tour & Taxis.

Le comité en charge du prix flamand "Arkprijs van het Vrije Woord", qui récompense la "libre parole", a décidé mardi soir de le décerner en 2019 à Anuna De Wever et Kyra Gantois, deux visages emblématiques de la lutte étudiante pour le climat. Le prix, symbolique, n'est pas assorti d'une somme d'argent mais salue la liberté d'expression et d'opinion.

Au moins 10.000 manifestants se sont rassemblés dimanche à Gand pour une nouvelle marche en faveur du climat à l'appel de plusieurs organisations, dont l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace, a indiqué la police locale.

"Les gens nous disent qu'ils sont pleins d'espoir, pleins d'espoir que les jeunes sauvent le monde. Mais nous ne le sommes pas", a affirmé jeudi l'adolescente suédoise Greta Thunberg à Bruxelles. "Il ne reste simplement plus assez de temps", a déploré l'activiste climatique, invitée à prononcer un discours au Comité économique et social européen (CESE) à l'occasion d'une journée de débats intitulée "La société civile pour la rEUnaissance".

La Suédoise Greta Thunberg, devenue en quelques semaines une figure mondiale du militantisme pour le climat, se rendra à Bruxelles le 21 février pour soutenir les jeunes participants à la marche pour le climat, a annoncé jeudi le mouvement Youth for Climate lors de l'arrivée du cortège à la gare de Bruxelles-Midi.

Les élèves qui "brossent" les cours le jeudi pour manifester leur inquiétude au sujet du climat sont, depuis cette semaine, soutenus également par des étudiants du supérieur (universités et hautes écoles). Des sections locales "Students for Climate" se sont ainsi formées dans des villes universitaires du pays, pour marquer ce soutien.