Tout sur Kymore

Aux abords de deux usines d'amiante d'Everest Industries à Kymore et Calcutta, la maladie se répand lentement mais sûrement. Le groupe belge Etex (ex-Eternit) en a détenu presque la moitié des parts entre 1989 et 2001. Un avocat, qui a obtenu des compensations pour 1 600 victimes indiennes, et des dizaines de témoignages d'ouvriers pointent la négligence du groupe envers sa main-d'oeuvre.

A Kymore, des milliers d'habitants vivent sur des tonnes de débris d'amiante. Résultat de déversements sauvages pendant des années par une usine locale. La multinationale belge Etex (ex-Eternit) en a détenu 50 % des parts entre 1989 et 2002.