Tout sur KU Leuven

Une étude menée par les Mutualités libres, KU Leuven et Uhasselt démontre les conséquences de la pollution atmosphérique sur notre santé. Les pics de pollution, de plus en plus nombreux, favorisent les arrêts de travail de la population belge. Cette étude à large échelle est une des premières de ce genre.

En Belgique, le variant delta représente désormais presque l'entièreté des cas de covid. Dans le monde, le variant delta plus est également en circulation, mais ne semble pas remplacer le delta normal.

La déprime saisonnière ne serait pas qu'un mal hivernal. De nombreuses personnes ressentent également un blues estival. On estime que près d'une personne sur 1000 en souffre.

Pour Pascal Sienaert, professeur en psychiatrie à la KU Leuven, les médecins et les patients ne sont pas suffisamment conscients du fait que les symptômes d'arrêt d'un traitement d'anti-dépresseurs peuvent être très pénibles.

Certains virologues estiment que les assouplissements annoncés pour le 9 juin arrivent trop tôt. "Il aurait fallu attendre encore un mois et demi, voire deux", selon le virologue Marc Van Ranst. Doit-on mettre un frein au déconfinement ?

Le recteur de l'université KU Leuven, Luc Sels, a été réélu à son poste et rempile dès lors pour un nouveau mandat de quatre ans, a-t-on appris mardi soir.

Le virologue Marc Van Ranst (KU Leuven) estime que le seuil de maximum 500 lits en soins intensifs occupés par des patients Covid pour les mesures de déconfinement cet été n'est pas très ambitieux. "S'il y a encore 500 personnes dans les unités de soins intensifs, alors l'organisation de grands événements n'est pas une bonne idée", a-t-il estimé sur VTM Nieuws mardi.

Nous devrions viser une immunité de groupe de 90% plutôt que de 70%, a plaidé jeudi soir Corinne Vandermeulen, directrice du centre de vaccinologie de la KU Leuven, sur la télévision régionale ROB TV. "Si nous atteignons 70%, le virus peut encore circuler dans 30% de la population, soit plus de 3 millions de personnes pour la Belgique. Nous devrions en fait continuer à viser le plus grand nombre de personnes possible", a-t-elle dit.

"Si ça continue comme ça, vous n'aurez plus aucun expert la prochaine fois", a averti mercredi Marc Van Ranst. Le virologue de la KU Leuven, très impliqué depuis le début de la pandémie de Covid-19 est revenu mercredi devant la commission spéciale Covid de la Chambre sur les menaces dont il fait l'objet.

Les assouplissements annoncés après le comité de concertation mercredi seront certes appréciés, mais ne mèneront hélas pas nécessairement à plus de motivation pour suivre les règles comportementales, estime le psychologue de la Santé Omer Van den Bergh (KU Leuven). "Pour motiver davantage les gens, les assouplissements doivent être directement liés à nos comportements", poursuit-il. "Les chiffres, c'est nous. Cela peut être mieux cadré", est-il d'avis.