Tout sur Kinshasa

En cavale depuis 1994, le Rwandais Félicien Kabuga, 84 ans, considéré comme un des cerveaux du génocide des Tutsis, a finalement été interpellé dans la banlieue parisienne où il se cachait sous une fausse identité.

Au Congo, le virus et sa pandémie ont définitivement mis en lumière l'absence d'Etat, dénonce Sinzo Aanza. Depuis son confinement à Kinshasa, le jeune écrivain et artiste visuel démontre l'absurdité de la situation dans laquelle se trouve cet Etat. Vis-à-vis du citoyen et de l'espace dont il est censé organiser, protéger et projeter la vie collective.

Qu'est-ce que ce virus, cette pandémie, ce moment impensable vous a révélé ? Sur vous, sur vos proches, sur le monde, les gens, l'Etat, la vie. De beau aussi, peut-être, qui sait, à toute chose malheur peut être bon. Qu'est-ce que cet événement historique et sans frontières remue, donc, et parfois très fortement, au fond de vous ?

"Nous devons nous préparer au pire" car "nous n'avons aucune idée de l'ampleur de la propagation" du coronavirus en République démocratique du Congo, a déclaré mercredi le gynécologue Denis Mukwege dans un message de prévention et de soutien aux premières mesures prises par les autorités.

"Stop à la négation du génocide commis contre les Tutsis au Rwanda !" est le mot d'ordre d'une pétition qui s'insurge contre la tenue d'un colloque sur "L'Afrique des Grands Lacs, 60 ans de tragique instabilité", le 9 mars, au siège du Sénat français, au palais du Luxembourg, à Paris.

Le ministre des Affaires étrangères et de La Défense, Philippe Goffin, se rendra début janvier en République démocratique du Congo (RDC) pour sa première visite bilatérale à l'étranger, afin notamment de rouvrir officiellement le consulat général de Belgique à Lubumbashi, dans le sud-est du pays, a-t-on appris jeudi de source diplomatique.

Au moins 41 personnes sont mortes mardi à Kinshasa, victimes de pluies diluviennes qui ont provoqué dans la nuit de lundi à mardi inondations, glissements de terrains et électrocutions, dans une capitale où les autorités congolaises peinent à combattre l'"urbanisme de la pauvreté".

Le président congolais Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, arrivé lundi soir en Belgique, a été officiellement accueilli mardi en fin de matinée par le Premier ministre Charles Michel au Palais d'Egmont pour une rencontre avec les principaux ministres du gouvernemental fédéral démissionnaire.