Tout sur Kigali

Un an après son interception rocambolesque à Dubaï, le Belgo-Rwandais Paul Rusesabagina a été condamné à Kigali à 25 ans de prison pour terrorisme. Un simulacre, accuse sa famille. La Belgique hausse le ton.

Prudentissime avec un Rwanda toujours prompt à accuser la Belgique des maux du passé, l'ambassade belge à Kigali a pourtant commis un faux pas en commémorant l'assassinat des dix paras belges en 1994 le 6 avril dernier, et non le 7, jour officiel de la commémoration du génocide, et cela sans en informer la partie rwandaise.

Dans un pays bouclé par les mesures contre le Covid-19, les médias indépendants ont bien du mal à survivre. Ils sont pourtant indispensables pour révéler l'envers d'un décor pas toujours reluisant.

Olivier Nduhungirehe, ministre rwandais en charge de la communauté d'Afrique de l'Est, et bien connu en Belgique, a été révoqué le 9 avril pour avoir " régulièrement agi en se fondant sur des opinions personnelles plutôt que sur les politiques du gouvernement ", explique un communiqué officiel.

"Stop à la négation du génocide commis contre les Tutsis au Rwanda !" est le mot d'ordre d'une pétition qui s'insurge contre la tenue d'un colloque sur "L'Afrique des Grands Lacs, 60 ans de tragique instabilité", le 9 mars, au siège du Sénat français, au palais du Luxembourg, à Paris.

L'émotion et l'indignation ne retombent pas après le " suicide " de Kizito Mihigo, un chanteur très populaire et respecté.