Tout sur Khartoum

Le Premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a été ramené chez lui mardi soir et reste "sous surveillance renforcée" au lendemain d'un coup d'Etat mené par le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, et contesté par des manifestants qui ont de nouveau essuyé des tirs de grenades lacrymogènes.

"Pas de retour en arrière possible", scandent les Soudanais toujours dans la rue mardi, au lendemain d'un coup d'Etat condamné à l'étranger et la mort de quatre manifestants qui protestaient après l'arrestation de la quasi-totalité des dirigeants civils par les militaires avec lesquels ils partageaient le pouvoir.

Des soldats ont arrêté lundi matin les dirigeants civils au Soudan, un "coup d'Etat militaire" selon des militants pro-démocratie dans ce pays d'Afrique de l'Est où l'union sacrée post-dictature entre autorités civiles et militaires aura été de courte durée.

Le calme règne sur Wau, capitale de l'ancien Etat du Bahr El Ghazal occidental, au Soudan du Sud. La saison des pluies bat son plein, et seules les gouttes d'eau venant mourir sur les toits en tôles se font entendre.

Le Soudan du Sud, théâtre depuis près de cinq ans d'une guerre civile dévastatrice dont les protagonistes ont solennellement signé mercredi à Addis Abeba un accord de paix, est le plus jeune État du monde, à l'économie ruinée par le conflit.

L'ambition est d'organiser de 12 à 20 interpellations par jour au parc Maximilien et à la gare du Nord, selon une source policière fédérale qui évoque la volonté du ministre de l'Intérieur Jan Jambon et du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken de préférer désormais aux actions de grande ampleur, des interpellations journalières discrètes par du personnel en civil.

Louis Tobback (sp.a) entame sa toute dernière année comme bourgmestre de Louvain. Notre confrère de Knack s'est entretenu avec lui, notamment au sujet de l'accord sur l'asile controversé avec le Soudan. "Theo Francken peut être assuré que tout le gouvernement était derrière lui."

L'ancien ministre des Affaires étrangères et commissaire européen Karel De Gucht (Open Vld) estime que le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration doit présenter sa démission, rapporte Het Laatste Nieuws vendredi, dans la foulée des informations relatives au mauvais traitement de Soudanais après leur expulsion vers leur pays.

Alors qu'il venait d'obtenir une décision de justice favorable, Mohammad, Soudanais détenu en centre fermé en Belgique, a signé un accord pour un retour volontaire. Dans une langue qu'il ne comprend pas et sans présence d'avocat. Incompréhensible pour la Ligue des Droits de l'Homme qui dénonce un simulacre de consentement.