Tout sur Kadhafi

Où sont les milliards de Kadhafi gelés en Belgique et que la justice veut saisir? Qui a décidé de libérer les intérêts produits par ces fonds bloqués? Après le Kazakhgate, le Libyagate! Ces deux affaires ont un point commun: l'opacité.

La Libye est passée de la dictature de Kadhafi à celles des milices armées qui sèment le chaos et favorisent la corruption dans le pays. Etait-il raisonnable de dégeler les fonds libyens dans ce contexte?

Dans l'affaire des fonds libyens gelés en Belgique, il apparait que l'actuel ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), a pesé de tout son poids pour aider des entreprises belges à se faire rembourser de contrats conclus avec l'ex-régime de Kadhafi, selon une enquête du Soir publiée jeudi.

Euroclear Bank est au centre d'une instruction judiciaire pour blanchiment. Fin 2017, le juge Claise y a saisi 5 milliards d'euros de fonds libyens, gelés par l'ONU depuis 2011. Mais la banque refuse de transférer les fonds vers un compte de l'Etat : elle se prétend légalement insaisissable. Or le but du législateur n'a jamais été de créer un coffre-fort absolu dans lequel l'argent du crime, de la corruption ou du financement du terrorisme pourrait échapper à une saisie de la Justice.

Le site "Mediapart" a exhumé le carnet de Choukri Ghanem, Premier ministre libyen et aussi ministre du Pétrole. Ce carnet mentionne notamment le versement de 6,5 millions d'euros de Tripoli à la campagne de Sarkozy. Mais monsieur Ghanem ne pourra jamais s'en expliquer, puisqu'il a été retrouvé mort dans le Danube en 2012.