Tout sur Jürgen Conings

Un plan d'actions visant à revoir le fonctionnement du Service Général du renseignement et de la Sécurité (SGRS) sera prêt pour la fin de l'année, a annoncé lundi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder. Il visera dans un premier temps à établir les priorités pour 2022 avant la mise au point d'un plan pluriannuel l'an prochain.

L'affaire Jürgen Conings est un exemple des manquements constatés par le comité R depuis une dizaine d'années au sein des services de renseignement, et du Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS - renseignement militaire) en particulier, selon un rapport qui sera examiné ce lundi à la Chambre.

La commémoration prévue dimanche dans le Dilserbos en l'honneur de Jürgen Conings ne pourra pas avoir lieu, a indiqué vendredi la bourgmestre de Dilsen-Stokkem, Sofie Vandeweerd (Open Vld). La commune n'a en effet reçu aucune demande concernant l'événement, qui circule sur les réseaux sociaux. La police a de plus émis un avis négatif.

Le dysfonctionnement du renseignement militaire a perdu son caractère explosif après la découverte du corps sans vie du soldat d'extrême droite. Le rapport du comité R sera examiné à huis clos les 5 et 7 juillet prochains.

"L'enquête médico-légale diligentée par le juge d'instruction a permis ce jour de confirmer qu'il a mis fin à ses jours avec une arme à feu", précise le parquet fédéral. Il serait mort il y a une à quatre semaines.

La découverte du corps sans vie du militaire n'empêche pas des constats inquiétants sur l'extrême droite radicalisée, l'impact des théories du complot, les dysfonctionnements des renseignements, mais aussi la force d'une ministre et la capacité de résilience de la démocratie.

La découverte du corps sans vie de Jürgen Conings met fin à cinq semaines d'insécurité et de menace, a réagi la ministre de la Défense, Ludivine Dedonder (PS), dimanche en début de soirée, après avoir pris connaissance du dénouement de cette affaire.