Tout sur Julie

Pour les femmes transgenres, entamer un parcours de transition implique parfois de se défaire de son "ancienne voix". Pour "ne plus se trahir", ni lire "d'incompréhension" sur le visage de leurs interlocuteurs lorsqu'elles prennent la parole, certaines féminisent leurs voix.

Le 20 octobre 1996, il y a pile 25 ans, se tenait à Bruxelles la Marche blanche. Plus de 350 000 personnes manifestaient à Bruxelles, pour une réforme de la justice et de la police. Après la découverte des corps de Julie et Mélissa en août, l'année 1996 aura été traumatisante pour la Belgique. Notre pays a changé depuis, mais le chantier reste immense.

Petites, de Pauline Beugnies, sera diffusé ce mardi sur la RTBF. Vingt-cinq ans après la marche blanche, ce documentaire donne la parole à ceux qui étaient enfants à l'époque de l'affaire Dutroux. "Les enfants que nous étions n'ont pas fait leur catharsis", estime la réalisatrice, qui a voulu mesurer à quel point cette génération aura été impactée par la disparition de Julie et Mélissa.

Vingt ans après, une version actualisée de Hasard, Espérance et Bonne Fortune, spectacle sur l'immigration italienne basé sur des témoignages, se lit à la lumière du présent. Interpellant.

Vingt ans jour pour jour après la découverte des corps de Julie et Mélissa dans la propriété de Marc Dutroux à Sars-la-Buissière, Carine Russo, la maman de Mélissa, publie un livre sobrement intitulé "Quatorze mois" dans lequel elle revient sur la tragédie qui l'a frappée et le combat qu'elle a mené pour retrouver sa fille voici deux décennies, indique un communiqué de la Renaissance du Livre, la maison d'édition qui a publié l'ouvrage.