Tout sur Joyce Azar

Il aura réalisé une véritable prouesse : le 14 novembre, Jan Jambon est parvenu à attirer, contre son gré, la fine fleur du milieu artistique du nord du pays au parlement flamand.

"Nous allons mener une politique active contre toute forme d'école buissonnière." A travers cette déclaration, le nouveau ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA), vise les élèves qui sèchent les cours pour prolonger leurs vacances de quelques jours, mais aussi et surtout ceux qui participent tous les jeudis aux marches des jeunes pour le climat.

Le Tour des Flandres, la plus belle des classiques flandriennes, s'est déroulé le 7 avril, comme toujours sous une grande attention médiatique. A l'ombre des projecteurs, la version féminine, lancée pour la première fois en 2004.

Pesten. Ce verbe néerlandais définit on ne peut mieux un fléau qui touche toutes les sphères de notre société : le harcèlement. Quotidiennement, les médias relatent des histoires glaçantes, des récits qui concernent parfois nos mômes.

Le dossier a déchaîné les passions aux Pays-Bas. Le mois dernier, il a même failli causer la chute du gouvernement Rutte III : le dénommé " kinderpardon " (pardon de l'enfant) permettait jusqu'ici aux mineurs en situation irrégulière, séjournant depuis plus de cinq ans sur le territoire et intégrés à la société néerlandaise, de ne pas être expulsés.

"Sécher les cours n'est pas la bonne méthode" : tel est le son de cloche que l'on a pu entendre de part et d'autre de la Flandre en réponse à la "grève scolaire", lancée le 10 janvier par deux lycéennes originaires de Mortsel, et suivie depuis, tous les jeudis, par des milliers d'adolescents, flamands comme francophones, en vue de dénoncer le manque d'action pour protéger la planète.

Il y a une semaine, le député de 81 ans, Herman De Croo (Open VLD), annonçait en direct, et non sans fierté, qu'il ne toucherait pas aux 376 000 euros d'indemnité de départ auxquels il a droit. Sa décision faisait suite à la vague de critiques que s'étaient attirées, quelques jours plus tôt, le ministre flamand de la Santé, Jo Vandeurzen (CD&V), et son collègue de parti Pieter De Crem.

Les enfants sont innocents, par définition. Les nôtres, du moins. Ceux des combattants belges partis rejoindre l'Etat islamique en Syrie et en Irak n'ont, eux, pas le privilège de bénéficier de cette évidence.

"La seule empreinte digitale qu'ils auront de moi est celle de mon majeur." Ce doigt d'honneur, adressé aux autorités belges, provient du célèbre caricaturiste flamand Lectrr. Sur Twitter, l'artiste a rejoint le mouvement #IkWeiger (je refuse), massivement relayé par les internautes pour dénoncer l'approbation, par la commission de l'intérieur de la Chambre, d'un projet de loi du ministre Jan Jambon (N-VA).