Tout sur Joachim Coens

Joachim Coens, président du CD&V estime que l'Etat ne doit pas rentrer dans le capital de la compagnie aérienne Brussels Airlines, indique-t-il samedi dans une interview donnée à l'Echo. Le président du cdH, Maxime Prévot, considère pour sa part que "remettre des centaines de millions dans Brussels Airlines juste pour agir comme Baxter n'a pas beaucoup de sens", peut-on lire dans L'Avenir.

Dans un long texte sur Facebook, intitulé "Paques en temps de corona", le président du CD&V, Joachim Coens propose 10 leçons à tirer de la crise du coronavirus et invite à réfléchir à "la manière dont nous voulons transposer les leçons en action politique".

Une majorité "Corona" d'urgence ? On reste loin du compte. Le CD&V veut toujours la N-VA, le PS n'en veut pas, le MR refuse un gouvernement provisoire et la N-VA fait campage sur le confédéralisme. Pauvre Belgique.

Le président de CD&V, Joachim Coens, déclare qu'il faut un gouvernement "énergique" pour faire face à l'impact économique du coronavirus. "Nous pourrions peut-être discuter d'une coalition corona de ceux qui veulent faire quelque chose, qui veulent mettre de l'ordre dans le budget, s'attaquer à la compétitivité, améliorer le pouvoir d'achat des gens", a-t-il déclaré vendredi sur Radio 1.

Presque 9 mois après les élections fédérales, et après plus d'un an sans gouvernement de plein exercice, la formation d'un futur gouvernement fédéral coince toujours. Retour, étape par étape, sur des missions royales qui paraissent interminables et une crise qui s'enlise.

Le président du CD&V Joachim Coens a rappelé mercredi, à l'issue de son audience avec le Roi au Palais de Bruxelles, la préférence de son parti pour un gouvernement fédéral disposant d'une majorité dans chaque groupe linguistique. "La confiance est en péril" avec le PS, a-t-il aussi ajouté.

Une réforme communautaire majeure ne peut être une condition préalable à la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, a affirmé mardi le président du MR, Georges-Louis Bouchez, à sa sortie d'une audience au Palais royal dans le cadre des consultations entamées par le roi Philippe en vue d'un déblocage de la situation politique au fédéral.

Les sociaux-chrétiens semblent vouloir s'obstiner à marier le PS et la N-VA. Cela semble toujours plus impossible. Pourtant, le CD&V aurait tout à perdre en cas d'élections anticipées, et la Belgique aussi. A quoi joue-t-il ?