Tout sur Jeremy Corbyn

Cinq députés britanniques ont obtenu les soutiens nécessaires pour briguer la tête du Parti travailliste et succéder à Jeremy Corbyn afin de refonder une formation laminée par la débâcle des législatives face aux conservateurs de Boris Johnson, a indiqué lundi le Labour.

Élu massivement sur sa promesse de réaliser le Brexit le 31 janvier, le Premier ministre conservateur Boris Johnson a lancé vendredi un vibrant appel au rassemblement, dans un Royaume-Uni meurtri par ses divisions sur la sortie de l'Union européenne.

En quelques mois, le Premier ministre conservateur a surmonté tous les écueils sur lesquels Theresa May avait buté. Le Brexit aura bien lieu le 31 janvier. Mais sera-ce au prix de l'unité du Royaume ?

Le Premier ministre conservateur Boris Johnson s'impose vendredi comme l'homme fort du Royaume-Uni après son triomphe aux législatives qui lui permet d'honorer sa promesse de sortir son pays de l'Union européenne le 31 janvier, après plus de trois ans de déchirements.

A la tête des travaillistes, Jeremy Corbyn rêvait d'un Royaume-Uni à gauche toute mais a refusé de se prononcer sur le Brexit, événement historique pour son pays. Sur un siège éjectable après une défaite cuisante, il est désormais réduit à penser à sa succession.

Sortir de l'UE avec les conservateurs ou prendre un virage très à gauche avec les travaillistes: les élections législatives seront décisives pour l'économie britannique perdue dans le brouillard du Brexit et fragilisée par une décennie d'austérité.

Le Brexit avec Boris Johnson ou un second référendum avec Jeremy Corbyn? Les Britanniques sont appelés aux urnes jeudi pour des législatives anticipées fatidiques pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et l'avenir du pays pour des décennies.

Brexit ou nouveau référendum ? Avec leur vote du 12 décembre, aux élections législatives anticipées, les Britanniques vont décider à nouveau de l'avenir de leur relation avec l'Union européenne. Voici les différents scénarios.

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a qualifié de "théorie du complot" des affirmations selon lesquelles des documents gouvernementaux qu'il a utilisés dans sa campagne après des fuites sur internet auraient une origine russe.