Tout sur Jean-Pierre Bemba

Les sept ténors de l'opposition congolaise, réunis depuis vendredi à Genève, se sont mis d'accord, au terme de longues discussions, pour présenter un candidat et un programme commun. Ce programme sera porté par Martin Fayulu, actuel député, et président d'Engagement pour la Citoyenneté et le Développement.

Le président congolais Joseph Kabila va dire dans les prochaines heures s'il respecte la Constitution et désigne un dauphin à l'élection présidentielle prévue le 23 décembre en République démocratique du Congo, ou s'il passe outre à l'interdiction de se représenter après deux mandats.

L'ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba va atterrir mercredi selon ses partisans à l'aéroport de Kinshasa pour son retour après plus de onze ans d'absence en République démocratique du Congo où il veut déposer sa candidature à la présidentielle.

La polémique provoquée par l'acquittement de l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba par la Cour pénale internationale a rebondi mercredi devant la CPI, l'accusation affirmant que le jugement surprise prononcé en appel était fondé sur des éléments biaisés.

L'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba est autorisé à revenir en Belgique, où réside sa famille. "Les autorités belges ont répondu favorablement à la demande de la Cour pénale internationale de permettre le séjour de monsieur Bemba en Belgique", a indiqué jeudi soir le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, par voie de communiqué.

Prêt à recouvrer sa liberté, l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté en appel de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, reste sous la surveillance des autorités de la Cour pénale internationale (CPI), dans l'attente du feu vert de la Belgique pour retrouver les siens après avoir quitté le centre de détention situé à La Haye.

L'ancien rebelle Jean-Pierre Bemba, condamné en première instance à 18 ans de prison puis libéré sous conditions mardi après son acquittement en appel par la Cour pénale internationale (CPI), a laissé en République démocratique du Congo le souvenir d'un chef autoritaire qui reste encore populaire à Kinshasa, onze ans après son départ en exil.

La Cour pénale internationale (CPI) a acquitté vendredi en appel l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba des crimes de guerre et de crime contre l'humanité. Il avait été en première instance reconnu responsable d'une vague de meurtres et de viols commis par sa milice en Centrafrique et condamné à 18 ans de prison.

Une note d'honoraires de 201 485 euros d'Armand De Decker en tant qu'avocat reste inexpliquée. C'est en tout cas ce qui ressort du dossier judiciaire qui relève de nombreuses contradictions...Par Thierry Denoël - Enquête avec Alain Lallemand (Le Soir) et Mark Eeckhaut (De Standaard)