Tout sur Jean-Luc Crucke

Le débat sur Nethys est relancé : et maintenant, que va-t-il se passer ?

En cassant les actes de vente des filiales de Nethys, le gouvernement wallon relance le débat sur leur avenir. Cession au privé, comme c'était prévu ? Des investisseurs se sont déjà manifestés. Entrée dans un giron public non plus liégeois mais wallon ? Certains partis le réclament déjà. D'autres y pensent. D'aucuns le redoutent.

Jean-Luc Crucke à Mouscron ?

La rumeur traverse tout le Hainaut occidental. Elle amuse ou elle inquiète, tout particulièrement chez les libéraux, qui voient de plus en plus Jean-Luc Crucke, ministre wallon des Finances et des Aéroports, fréquenter la cité des Hurlus, où il a rendu une visite presque officielle, samedi 7 septembre.

Tarif prosumer: "Augmenter le prix de l'électricité, c'est une taxe déguisée"

Désormais dans l'opposition en Wallonie, le cdH ne décolère pas contre le report à 2025 du tarif prosumer, ce prélèvement annuel forfaitaire que la CWaPE, le régulateur du secteur énergétique au sud du pays, entendait faire payer, dès 2020, aux propriétaires de panneaux photovoltaïques pour l'utilisation du réseau.

Charles Michel craint Crucke, donc Borsus

Avant de quitter la scène belge pour son heureuse pige européenne, Charles Michel, encore Premier ministre et plus que jamais président du MR, doit régler deux derniers détails, étroitement liés : la composition des gouvernements wallon et francophone, d'une part, sa succession à la présidence du parti, d'autre part.

Jean-Luc Crucke: "Le MR ne veut pas parler du confédéralisme"

Les libéraux francophones du MR refusent de parler du confédéralisme. Jean-Luc Crucke, vice-président national du parti, l'a répété clairement mercredi dans l'émission "De Ochtend" de Radio 1. Selon lui, des négociations sur le sujet seraient un pas vers la fin de la Belgique. "Celui qui veut cela, n'a qu'à déménager", martèle-t-il.

Le MR cherche une perle rare

Prochainement privés de leur numero uno en partance pour les cieux étoilés de l'Europe, les libéraux francophones doivent se mettre en quête d'une relève. Sans trop tarder, de préférence. Et si c'était l'heure de Jean-Luc Crucke ?

Formation wallonne : le MR "ne viendra pas manger les os en fin de repas"

"Quand on est invité à la fin d'un repas, ce qu'il reste, ce sont les os. Nous ne viendrons pas manger les os. Il faudra remettre le couvert. J'espère que ça ne provoquera pas d'indigestion chez certains", a déclaré le vice-président du MR et ministre wallon démissionnaire Jean-Luc Crucke, mardi matin, dans Matin Première (RTBF).

Les trois silences de Charles Michel

Depuis les élections, le président du MR et son parti se font très discrets. C'est qu'aussi bien pour son avenir personnel que pour celui du Mouvement réformateur, se taire est une question de survie. Analyse.

Réforme de l'État : les esprits wallons mûrissent-ils ?

À en croire notre confrère de Knack, les partis francophones ne sont pas très enthousiastes à l'idée d'une nouvelle réforme de l'État. En même temps, ils prennent de plus en plus conscience qu'il faudra bien en parler un jour.

Jean-Luc Crucke: "La solution, c'est une Belgique à quatre Régions"

Le ministre wallon de l'Energie Jean-Luc Crucke (MR) évoque samedi, dans les colonnes de La Libre Belgique, une réforme importante mais "positive" des institutions belges, près d'une semaine après les élections. Aux yeux du libéral, il faut en effet pouvoir "discuter dans la discrétion d'une Belgique à quatre Régions".

Tensions sociales chez Skeyes : "Trop is te veel"

"Trop is te veel", a déclaré mardi à Silly le ministre wallon en charge des Aéroports, Jean-Luc Crucke. "Skeyes n'est plus un partenaire en terme de fiabilité", a ajouté le ministre qui a annoncé la création d'un front wallon "dur et déterminé" des aéroports et de la Sowaer (Société wallonne des aéroports) contre le gestionnaire du trafic aérien Skeyes.

Le mécanisme destiné à mettre fin à la bulle des certificats verts adopté en commission

Le projet de décret introduisant un nouveau mécanisme de mobilisation destiné à financer à long terme l'obligation de service public d'achat des certificats verts par le gestionnaire de réseau de transport local a été adopté ce lundi en commission Energie du parlement wallon, où les député ont entamé leur dernière semaine de réunions avant le scrutin du 26 mai.