Tout sur Jan Jambon

Le gouvernement flamand ira chercher loin dans ses poches pour aider financièrement les entreprises et les personnes, mais "il ne pourra jamais compenser toutes les pertes", a affirmé mercredi le ministre-président Jan Jambon. "Nous n'avons pas assez d'argent pour cela. Le gouvernement n'est pas en mesure de compenser toute la différence."

Ce n'est qu'un au revoir. Les élus du peuple belge, flamand, wallon, bruxellois, germanophone, ont pris pour nombre d'entre eux physiquement congé de leurs hémicycles respectifs, dispersés sous la menace d'un virus à ce stade plus fort que tout. Avant de tirer provisoirement les rideaux, les dernières séances ont eu lieu en petit comité. Le temps des pensées émues pour les victimes et les plus exposés à l'épidémie, des hommages appuyés pour celles et ceux qui se dévouent au chevet des malades, et des bonnes résolutions quand reviendront les temps meilleurs.

Le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA), veut voir davantage de gens au travail, entre autres dans les secteurs de la construction et des titres-services, où le mécanisme du chômage temporaire est, à ses yeux, parfois trop rapidement demandé, a-t-il indiqué mercredi au parlement flamand, s'attirant les foudres de deux de ces secteurs.

Le ministre-président flamand Jan Jambon veut remettre plus de gens au travail. Dans l'industrie de la construction et les entreprises de chèques-services, entre autres, l'option du chômage technique est parfois invoquée trop rapidement, a-t-il déclaré en séance plénière du Parlement flamand.

Jeudi soir, le Conseil national de Sécurité a pris une série de mesures de restriction drastiques pour éviter un maximum la propagation du coronavirus. La prise de décision, qui a duré trois heures, a été particulièrement difficile. Coulisses d'une soirée pénible pour la population inquiète.

L'Open Vld est, depuis quelques mois, la cible favorite de la N-VA sur les réseaux sociaux. Ces derniers jours, le parti nationaliste flamand a publié une courte vidéo sur sa page Twitter dans lequel il reprend les récentes déclarations de la présidente sortante des libéraux flamands, Gwendolyn Rutten, sur le confédéralisme cher à la N-VA.

Le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese (N-VA), s'oppose catégoriquement à l'appel du ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, à interdire le carnaval d'Alost. "Il ne semble pas comprendre les fondements d'une société libre", réagit-il. "Ce n'est pas à un ministre étranger de décider de ce qui devrait être autorisé ou non à Alost", déclare M. D'Haese. "Je déciderai de cela moi-même."

Les Ultimas, auparavant dénommés Prix flamands de la Culture, étaient décernés mardi soir à Bruges, dans un contexte de coupes budgétaires du secteur au nord du pays. Si bien que ministre flamand compétent, Jan Jambon (N-VA), a été hué durant son court discours en fin de cérémonie. Luc Tuymans est l'artiste qui a remporté la récompense la plus prestigieuse décernée par le jury.

"Lors de mon entretien avec Viktor Orban, j'ai mis sur la table l'idée d'un examen "peer-to-peer" (par les pairs) de la politique d'un Etat membre (de l'Union européenne) afin de vérifier si sa politique est dans la ligne des valeurs de l'Europe. Il s'est montré ouvert, à condition que ce soit pour tous les Etats membres", a affirmé mercredi le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) à l'issue de son entretien avec le Premier ministre hongrois.

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a visité mardi Auschwitz-Birkenau, le plus grand camp de concentration et d'extermination de l'Allemagne nazie, dans le cadre du 75e anniversaire de la libération de celui-ci. "Je n'ai pas de mots pour cela. Une impression terrible de ce à quoi le fanatisme et le racisme peuvent conduire", a-t-il déclaré à Belga.

La présidente de Groen Meyrem Almaci a appelé samedi les partis à mettre fin au pourrissement de la situation et à former un gouvernement fédéral, lors d'une réception de Nouvel An. D'après elle, le prochain gouvernement doit être ambitieux sur le plan climatique et social.

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), en charge de la Culture, annonce mardi l'octroi d'un peu plus de 4 millions d'euros de subsides pour des projets culturels en Flandre. A l'origine, seuls 3,4 millions d'euros devaient être distribués en deux phases.

Il a fait fort, " sterke Jan " Jambon. Il en avait une bien bonne à raconter : il était une fois une famille de demandeurs d'asile qui pouvait se payer en Flandre une maison grâce aux allocations familiales perçues rétroactivement lorsque leur fut octroyé le statut de réfugiés.