Tout sur Jan Bens

La directrice des ressources humaines de l'Agence fé­dérale de contrôle nucléaire (AFCN) a été licenciée à l'issue d'un conseil d'administration extraordinaire, suivant un audit négatif au sujet de l'organisation de l'agence, rapporte La Libre Belgique lundi.

Dans deux courriers adressés à Electrabel et publiés samedi par La Libre, le patron de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) s'inquiète de la "grande désinvolture" du fournisseur d'énergie dans sa gestion de la sécurité nucléaire. Des révélations qui vont "au-delà de l'entendement" pour le député Ecolo Jean-Marc Nollet, qui estime que le ministre Jambon devrait saisir la justice.

Dans deux courriers envoyés respectivement à Philippe Van Troeye, le CEO d'Electrabel, et Isabelle Kocher, patronne d'Engie, le chef de l'AFCN, Jan Bens, s'inquiète des "résultats effrayants" d'une étude sur la sécurité des centrales et pointe le fait "qu'Electrabel semble peu concerné par cette question", rapporte samedi La Libre.

Le directeur général de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), Jan Bens, a confirmé mercredi à la Chambre des manquements dans la "culture de la sécurité" nucléaire des exploitants de centrales belges, une forme d'"autosuffisance" qui peut expliquer le nombre croissant d'incidents observés ces derniers mois et qui a conduit l'autorité à transmettre un pro justicia au Parquet de Huy et à demander une analyse aux exploitants, singulièrement Electrabel.

L'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) dispose de tous les éléments nécessaires pour se prononcer en faveur d'un redémarrage des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2, a assuré mercredi son directeur, Jan Bens. "Tout ce qu'on pouvait imaginer a été testé et calculé. Oui, nous disposions de tous les éléments pour prendre notre décision", a-t-il souligné.

Une catastrophe nucléaire est totalement exclue en Belgique, selon Jan Bens, le patron de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). "Le secteur nucléaire est à un autre niveau de sécurisation." Pour lui, les éoliennes sont plus dangereuses que le nucléaire, peut-on lire dans De Morgen samedi.